Zénon de Sidon

Zénon de Sidon est un philosophe épicurien né à Sidon, en Phénicie vers -155, au IIe siècle av. J. -C., et mort vers -75, au Ier siècle av.



Catégories :

Philosophe de la Grèce antique - Épicurisme - Courant philosophique - Date de naissance inconnue (IIe siècle av. J.-C.) - Date de décès inconnue (Ier siècle av. J.-C.)

Recherche sur Google Images :


Source image : evene.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Zénon de Sidon. - Philosophe épicurien, né vers 150 av. J. -C. Il devint chef de l'école épicurienne vers 100, fut le maître de Cicéron et de Philodème;... (source : cosmovisions)
  • Et, au IIème siècle av J-C, deux Phéniciens dominent la pensée philosophique à Athènes : Diodore de Tyr, péripatéticien, et Zénon de Sidon, épicuriste.... (source : foiralle)
  • Il étudia à Athènes auprès de Zénon de Sidon qui fut à la tête de l'école épicurienne de cette ville aux alentours de 90 avant notre ère.... (source : bcs.fltr.ucl.ac)

Zénon de Sidon est un philosophe épicurien né à Sidon, en Phénicie vers -155, au IIe siècle av. J. -C., et mort vers -75, au Ier siècle av. J. -C. Il fut un contemporain de Cicéron, qui vint écouter ses leçons à Athènes[1][2], mais aussi de Philodème de Gadara.

Éléments biographiques

Ayant dirigé le Jardin d'Épicure autour de 90 av. J. -C, Zénon de Sidon fut quelquefois désigné comme le «chef de file des épicuriens» (latin : Coryphæus Epicureorum) [1] Cicéron affirme que Zénon montrait un grand mépris envers les autres philosophes : ainsi appelait-il Socrate le «bouffon attique»[3]. Zénon fut le disciple d'Apollodore[4], et Cicéron comme Diogène Laërce le décrivent tous deux comme un penseur rigoureux et fin[1][4].

Zénon soutenait que le bonheur ne dépend pas uniquement du contentement immédiat et de la prospérité du moment, mais également de l'espoir raisonnable de les voir durer[2].

Il étudia aussi la philosophie des mathématiques fondée sur l'idée que tout savoir découle de l'expérience. Il critica Euclide, cherchant à montrer que les déductions tirées des principes fondamentaux (grec moderne : ἀρχαί) de la géométrie ne peuvent, de par elles-mêmes, être prouvées[5].

Œuvres

Parmi les rouleaux de papyrus mis au jour par les fouilles effectuées au XVIIIe siècle dans la Villa des Papyri, à Herculanum, se trouve un épitomé de Philodème qui contient deux essais de Zénon, traduits en anglais sous les titres respectifs de On frank criticism[6] et On Anger[7].

Notes et références

  1. Marcus Tullius Cicero, De natura deorum, I, 21.
  2. Marcus Tullius Cicero, Tusculanæ Disputationes, III, 17.
  3. Cicero, de natura deorum, I, 34.
  4. Diogène Laërce, x.
  5. Proclus, ad I. Euclid, III.
  6. Papyrus Herculanum 1471 ; voir (en) Philodemus, On frank criticism, introduction, traduction et notes par David Konstan et al. , Atlanta, 1998 (texte grec et traduction anglaise en regard).
  7. Papyrus Herculanum 182.

Sources



Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Z%C3%A9non_de_Sidon_(%C3%A9picurien).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu