Yin et yang

Dans la philosophie chinoise, le yin et le yang sont deux catégories complémentaires, qu'on peut retrouver dans l'ensemble des aspects de la vie et de l'univers.



Catégories :

Religion en Chine - Philosophie chinoise - Symbole religieux - Culture chinoise - Culture taoïste - Taoïsme - Courant philosophique

Recherche sur Google Images :


Source image : papillonseneveil.xooit.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Dans la pensée taoïste, l'opposition entre yin et yang est une manifestation... Un autre récit compare l'Univers à un œuf géant posé à la verticale : la... (source : gaiamythologia.free)
  • Le rapport entre les deux pôles yin et yang peut être comparé avec le rapport de deux partenaires d'un couple heureux. Chacun d'entre eux a son propre point... (source : books.google)
  • Dans toute l'Asie, le Yin et Yang est la représentation..... Comparé au chiitaké et au Reichi c'est le champignon le plus concentré en ... (source : biomarkus)
Le tàijítú : symbole du yin-yang

Dans la philosophie chinoise, le yin (traditionnel : ?, simplifié : ? ; pinyin : yīn) et le yang (traditionnel : ?, simplifié : ?, pinyin : yáng) sont deux catégories complémentaires, qu'on peut retrouver dans l'ensemble des aspects de la vie et de l'univers. Cette notion de complémentarité est propre à la pensée orientale qui pense plus volontiers la dualité sous forme de complémentarité.

Le symbole du Yin et du Yang, le taijitu (fréquemment entouré de 12 hexagrammes) est bien connu dans le monde occidental depuis la fin du XXe siècle. L'yin représente entre autres, le noir (ou fréquemment le bleu), le feminin, la lune, le sombre, le froid, le négatif, etc..., quant au yang, il représente entre autres le blanc (ou fréquemment le rouge), le masculin, le soleil, la clarté, la chaleur, le positif, etc... Cette dualité est aussi associée à de nombreuses autres oppositions complémentaires.

Ils sont aussi fréquemment chez les taoistes, à l'instar du drapeau de Corée du Sud, représentés en bleu et rouge, et en noir & blanc sur le papier ou sur d'autre support ne donnant la possibilité pas la couleur.

Cosmologie chinoise

Dans la cosmologie chinoise, Yin et Yang sont deux entités qui suivent le souffle originel qi à l'œuvre dans toutes choses.

Par exemple :

Selon le Shuowen jiezi, dictionnaire de la dynastie Han, le sens de yin est : «sombre, [comme] le sud de l'eau ou le nord de la montagne» [1] ; celui de yang est «forte brillance» [2].

Certains ont proposé que les termes yin et yang viendraient des mots sanskrits linga et yoni. Néanmoins, ils apparaissent avant l'introduction du bouddhisme (véhicule de la culture indienne) en Chine. On les trouve en effet au chapitre 42 du Dao De Jing : «Le Dao donne naissance à l'un, l'un au deux, le deux au trois, le trois aux dix-mille choses et êtres, les dix-mille choses et êtres supportent l'yang et embrassent l'yin» [3].

Le symbole yin-yang, nommé en Chine «poissons yin et yang» [4], forme la plus commune du tàijítú des taoïstes et des néo-confucianistes, représente le Tao résultant de la dynamique de ces deux principes, l'unité au-delà du dualisme.

Caractérisation

Les points de couleurs opposées, nommés biaoli dans la médecine chinoise, rappellent que ces deux concepts sont liés, se succèdent mutuellement et que l'un existe grâce à l'autre.

À partir de l'approche analytique, qui consiste à considérer scindément le Yin, puis le Yáng, le biaoli suffit à caractériser la pensée confucianiste, et son avantage spécifique - l'amitié – comparé au dualisme auquel on réduit trop fréquemment la culture occidentale, et ses approches chrétienne ou cartésienne – autre dualisme, source de double contrainte.

L'amitié (entre des points de vues ou entre des milieux physiques) est le principe autorise des entités (morales ou physiques) opposées de communiquer entre elles.

Symboles présents dans la table unicode :

Relations entre l'yin et l'yang

Pourrait être décrit en termes d'yin et yang, tout ce qui se trouvent :

Le yin et l'yang peuvent chacun se subdiviser en sous-éléments yin et yang ; ainsi, si on ne distingue que deux catégories dans le concept de température, le froid est yin et la chaleur yang, mais il est envisageable de subdiviser la notion de chaleur en deux selon un quelconque critère (tolérance par exemple), et de distinguer une chaleur yin et une chaleur yang...

Quelques correspondances yin-yang

Il ne s'agit pas de correspondances absolues, dans la mesure où elles ne sont attribuées qu'à l'intérieur d'une amitié d'opposés.

Par conséquent, on ne peut pas vraiment dire que quelque chose est Yin, qu'autre chose est Yang. Il serait plus exact de dire que quelque chose est plus Yin comparé à autre chose qui est plus Yang. A titre d'exemple, le mouvement de montée est Yang comparé au mouvement de descente qui est Yin. Dans toute chose il y a du Yin et du Yang, comme l'illustre le fameux symbole du Tai Ji, car c'est l'interaction de ces deux forces qui créent le mouvement, le Qi, l'énergie. Et comme le disent certains physiciens quantiques : matière et énergie sont en fait une seule et même chose.

Interprétations occidentales

Yin-yang-and-bagua-near-nanning.jpg

Symbole (représentation des représentations) philosophique du «contraste harmonisé», il est devenu un thème populaire et facile à déraper en «ésotérisme» à bon marché.

Ce «contraste harmonisé» du Yin-Yang est celui du chaud-froid, haut-bas, lumière-ombre, blanc-noir, femelle-mâle, des complémentarités antagonistes enchevêtrées avec les antagonismes complémentaires entrelacés. En optique physique, c'est le jeu de l'onde et du corpuscule en alternance et altercation réunies par la constante de Louis de Broglie. En chimie, c'est l'acidité et l'alcalinité réunies, scindées et contrastées au pH 7. En philosophie, c'est le verbe Aufheben de Hegel qui veut dire, à la fois, «apparaître», «disparaître» et «conserver» (dans la composante alémanique souabe), verbe utilisé par Freud pour décrire l'inconscient.

Ce «contraste harmonisé» est rapidement détourné en opposition dans le «tiers exclu» de corps-esprit, nature-culture. Avec les valeurs confucéennes, il est le fondement de l'idéologie d'une harmonie industrielle au Japon moderne avec le miracle économique japonais des années 1950-1960 dans l'économie politique asiatique de la complémentarité antagoniste enchâssée dans l'antagonisme complémentaire du Capital-Travail, Patronat-Syndicat.

Interactions et entités

Marcel Granet a déjà remarqué l'interprétation occidentale tantôt que le Yin et le Yang soient des forces, tantôt que ce sont des substances. Au départ de la pensée chinoise, c'est une configuration d'interactions polysystémiques de différents Ordres d'une Totalité, particulièrement éloignée d'une analyse ou découpage en éléments de plus en plus tenus, simples et disjoints.

L'approche écosystémique est la retrouvaille avec l'antique pensée chinoise de l'oscillation cybernétique «figure-fond» d'une Gestalt ou Totalité du Yin-Yang, du «système et environnement» où un dispositif, vu «d'en bas» de ses composantes, est une composante vue «d'en haut» de son environnement qui est un métasystème ou dispositif de dispositifs.

Si tout l'univers est bleu, la couleur bleue ne serait pas concevable, comme le «noir» (absence de toute couleur) ne l'est que comparé au «blanc» (présence de l'ensemble des couleurs), le sombre comparé au clair, la nuit comparé au jour, la lune comparé au soleil, l'hiver comparé à l'été, le Nord comparé au Sud, la gauche comparé à la droite, la Terre comparé au Ciel et la femme comparé à l'homme.

Il s'agit des exemples de contraste harmonisé, d'interactions des uns comparé aux autres, comme l'oscillation figure-fond de cette gravure (Jour & Nuit) d'Escher où c'est le contraste qui fait la différence de l'un comparé à l'autre dans les interactions qui sont des actions réciproques modifiant la nature ou le comportement des actants.

yin   yang  
noir ? hēi blanc ? bái
sombre ? àn clair ? liàng
nuit ?? heī yè jour ?? bái tiān
lune ? yuè soleil ?
hiver ? dōng été ? xià
nord ? běi sud ? nán
gauche ? zǔo droite ? yoù
terre ? ciel ? tiān
femme ? homme ? nán
vide ? plein ? shí
introversion ? nèi extraversion ? wài
passif ?? bèidòng actif ?? zhǔdòng
pair ? impair ?

Divisibilité illimitée

Il existe un autre aspect de l'inter-relation Yin et Yang : la divisibilité illimitée. Comme les sages Taoistes l'ont exprimé dans leur symbole du Tai Ji par le point blanc (rouge à l'origine) et noir au sein de la couleur complémentaire, il y a toujours du Yin au sein du Yang, et vice-versa. Par ce fait, dans toute chose ou toute situation, il serait envisageable de retrouver à la fois le Yin et le Yang. Prenons par exemple un pendule qu'on considérera sous les aspects de l'énergie cinétique (Yang) versus l'énergie potentielle (Yin). L'instant où le pendule est en haut, prêt à redescendre, serait le moment Yin du mouvement du pendule. Toute l'énergie est alors potentielle, prête à être relâchée. Au moment où le pendule redescend, cette énergie potentielle se transforme en énergie cinétique. Il y a alors transmutabilité, croissance du yang au sein du Yin. À l'inverse, quand ce pendule remonte, cette énergie cinétique se transforme à nouveau en énergie potentielle, au fur et à mesure de son ascension. L'énergie potentielle, Yin, n'existe tandis que parce qu'une phase d'énergie cinétique existait. Cette énergie cinétique n'a été envisageable que parce de l'énergie potentielle a été accumulée. Cet exemple illustre qu'en toute chose Yang, il y a du Yin, et vice-versa. Ces mêmes phases du mouvement du pendule pourraient être regardées sous un autre angle, ce qui changerait tout. On pourrait par exemple considérer le mouvement (yang) versus l'immobilité (Yin), ou encore le point le plus haut qu'atteint ce pendule (Yang) versus le point le plus bas (Yin). La réflexion serait alors toute autre.

Notes

  1. ??,???????
  2. ???
  3. ???,???,???,????????????
  4. ???

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Yin_et_yang.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu