Xénophane

Xénophane, fils de Dixios, ou, selon Apollodore, d'Orthomène de Colophon, est un philosophe, poète, né à Colophon et scientifique grec.



Catégories :

Philosophe présocratique - Poète de la Grèce antique

Recherche sur Google Images :


Source image : reflexblog.filambda.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... Le Dieu des philosophes, chap. 4, Xénophane de Colophon.... S'Il est source de tout mouvement, le Dieu de Xénophane est Lui-même... (source : theologie-orthodoxe)
  • Xénophane est né à Colophon. Il fut le premier philosophe à jeter un regard critique sur les mythes, et disait que chacun façonne ses dieux à son image.... (source : mapage.noos)
Xénophane de Colophon

Xénophane, fils de Dixios, ou, selon Apollodore, d'Orthomène de Colophon, est un philosophe, poète, né à Colophon (Ionie) (Turquie actuelle) et scientifique grec. Exilé de Colophon tombé sous la domination Perse, il semble avoir émigré en Sicile et s'être réfugié en premier lieu à Zancle ainsi qu'à Catane, avant de se rendre à Élée ou il créa l'école d'Élée. On ne sait pas s'il y mourut, ou s'il retourna finalement à Colophon. Il parait avoir vécu fort vieux, si on en croit les quelques vers qui sont restés de lui.

Biographie

Les dates relatives à la période où il vécut restent particulièrement discutées[1], et la majorité des ouvrages qu'il aurait écrit ont été malheureusement perdus. On doit se contenter, pour tenter d'approcher Xénophane, de quelques textes pour toute base d'études, dont l'irremplaçable traité d'Aristote intitulé : "De Mélissus, de Xénophane, et de Georgias", qui se révèle être en la matière l'ouvrage le plus complet, le socle principal, et probablement même l'unique qui soit en mesure d'exposer clairement la totalité des doctrines de Xénophane, et espérer ainsi pouvoir mieux saisir les pensées de ce philosophe.

Bien que l'œuvre et la pensée de Xénophane soit complexe à appréhender faute de texte rédigé par lui-même toujours en notre possession, Xénophane ne peut-être pour tout autant négligé par l'histoire de la philosophie, ne serait-ce que parce qu'il passe pour le fondateur de l'école d'Elée (Même si Platon dans son ouvrage "Le Sophiste", fait remonter la création de l'école d'élée bien avant lui), et que Parménide fut sans doute son disciple (voir Aristote Métaphysique, liv. I) [2].

Doctrine philosophique

Il aurait suivi, ou à tout le moins écouté, l'enseignement d'Anaximandre et parait être instruit de la cosmologie des milésiens. On sait aussi par Diogène Laërce[3], que Xénophane combattit avec vigueur le dispositif de Pythagore, mais aussi les dispositifs d Epimide et de Thalès, et qu'il fut en particulier réputé pour ses violentes critiques concernant les descriptions anthropomorphiques qu'Hésiode et Homère faisaient des dieux.

Clément d'Alexandrie cite Xénophane :

«Si les bœufs et les lions avaient des mains et pouvaient peindre comme le font les hommes, ils donneraient aux Dieux qu'ils dessineraient des corps tout pareils aux leurs, les chevaux les mettant sous la figure de chevaux, les bœufs sous la figure de bœufs.»

Il loue ensuite le philosophe d'avoir fait Dieu incorporel et d'avoir dit :

«Unique et tout puissant, souverain des plus forts,

Dieu ne est comparable à nous ni d'esprit ni de corps. Les humains, en faisant les Dieux à leur image, Leur prêtent leurs pensées, leurs voix et leurs visages.

»

—  (Clément d'Alexandrie, Stromates [ (en)  lire en ligne], V, p. 601)

«Après des idées si hautes et si justes sur Dieu, on conçoit mieux l'irritation de Xénophane contre les poètes qui abaissaient la majesté divine, et qui comme Homère et Hésiode n'hésitaient pas à attribuer aux Dieux tout ce qui est déshonorant parmi les hommes : le vol, l'adultère, le mensonge, la trahison.»

—  (Sextus Empiricus, Pyrrhon. Hypotyp. liv. I, ch. 33, page 99, édit. de 1842 ; Adversus Mathem. Physicos, liv. IX, page 612, et Grammaticos, liv. I, page 112)

Aristote parle quant à lui des opinions de Xénophane ; et dans sa Poétique, il rappelle que le philosophe blâmait les idées que le vulgaire se faisait des dieux.

Xénophane affirmait par conséquent l'existence d'un dieu unique, sphérique, immobile. En même temps il rappelle que cette réalité ultime ne peut pas être connue avec certitude par les êtres humains dont la connaissance de la réalité se limite aux conjectures ou opinions. En même temps, il affirme qu'il est envisageable de se rapprocher graduellement de la vérité : «Les dieux n'ont pas révélé aux mortels les choses cachées dès le commencement, mais en cherchant, ceux-ci avec le temps trouvent le meilleur» (Fragment 18, selon Diels). Il introduit ainsi la distinction épistémologique principale entre le monde de l'apparence et le réel, distinction reprise et accentuée surtout par Parménide.

Xénophane a ouvert d'autre part un nouveau, et particulièrement important, thème de réflexion en constatant que : ″ si Dieu n'avait pas créé le miel, les hommes trouveraient les figues énormément plus sucrées ″. il posait ainsi par cette phrase un doute sur ce que nous voyons et ce que nous entendons, il disait, de cette façon imagée, que nos sensations fluctuent selon le moment, selon que nous avons goûté du miel jusque là ou non, et enfin qu'elles fluctuent aussi d'un observateur à l'autre, l'un trouvant chaude une eau qu'un autre qui a de la fièvre, trouvera froide.

Il semble par conséquent que pour Xénophane il y a en chacune de nos sensations une part de relatif qui invite l'homme à distinguer la chose en elle même du sentiment qu'on en a, et par conséquent à opérer une indispensable distinction entre la science et l'opinion, et au-delà de cette réflexion, pose la question de savoir si le monde que je perçois et qui m'entoure et bien tel que mes sens me le décrivent, question qui sera à l'origine de nombreux débats philosophiques ultérieurs...

Doctrines et croyances scientifiques

Dans l'antiquité, un penseur était tout autant un philosophe qu'un «savant». Xénophane, comme les autres penseurs grecs, proposa par conséquent lui aussi sa propre conception du monde, une cosmologie, des explications des phénomènes de la nature.

Pour Xénophane en effet, la Terre plate était illimitée et ne flottait ni sur l'eau comme le prétendait Thalès, ni dans le vide comme le voulait Anaximandre, elle n'avait pas de limites, ni sur les côtés, ni en dessous et s'étendait dans l'ensemble des directions. Les astres : Soleil, Comètes, Planètes étaient des nuées incandescentes. Le mouvement des astres était rectiligne, par conséquent les astres qu'on voyait n'étaient jamais les mêmes. Chaque soir, ils s'éteignaient dans la mer ou le désert et il y avait, par le fait même, une illimitété de Soleils différents. Selon lui, le monde était issu de la Terre et retournerait un jour à la Terre. Pour le moment, il était fait d'un mélange de Terre et d'Eau avec des états intermédiaires constitués de boue. Pour prouver les imbrications d'un de ces éléments dans l'autre, il proposa de faire référence aux fossiles de plantes, coquillages et poissons trouvés près de Syracuse. Xénophane attribuait la présence des coquilles pétrifiées qu'on trouve loin de la mer et des empreintes de poissons des carrières de Sicile à ce que la mer avait recouvert jadis les continents.

Ces considérations ne doivent pas être envisagées sous l'unique angle de leurs valeurs scientifiques, ce qui est important, ici, c'est plus la nature du problème que Xénophane s'est posé que les explications qu'il propose en guise de réponse..

Bibliographie

Fragments et témoignages

Etudes

Notes

  1. Nous ne disposons effectivement d'aucune source valable servant à trancher en faveur d'une date plus que d'une autre.
  2. Quoique Théophraste précise quant à lui dans son Abrégé, que Parménide fut le disciple d'Anaximandre, et non pas de Xénophane.
  3. Au sujet de Diogène de Laërte, il convient de rappeler que, pour la majeure partie, sa vie reste un mystère, qu'il est impossible de savoir avec précision durant quelle période il vécut, ni quelles furent avec précision les sources dont il se servi pour son ouvrage la "vie des philosophes". Ce livre qui fait néenmoins fait référence en la matière pour sa cohérence et sa pertinence, ne peut prétendre combler ou remplacer l'absence d'ouvrage rédigé en l'occurrence par Xénophane, et qui nous serait parvenus.

Voir aussi

Références

Les Présocratiques, coll. Pléiade, Paris : Gallimard, 1988.


Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/X%C3%A9nophane_de_Colophon.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu