Scepticisme

Le scepticisme est, au sens strict, une doctrine selon laquelle la pensée humaine ne peut se déterminer sur la possibilité de la découverte d'une vérité.



Catégories :

Courant philosophique - Philosophie de la Grèce antique

Recherche sur Google Images :


Source image : paperblog.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... La question, déjà si discutée par les anciens, de savoir si la doctrine de la nouvelle Académie est la même que celle des sceptiques sera... (source : fr.wikisource)
  • A côté de ces sceptiques, présentés comme chefs de l'école, s'en placent d'autres, ..... le scepticisme de la nouvelle Académie revit en lui; pour d'autres, ... (source : cosmovisions)
Écoles de l'Antiquité
École milésienne
École pythagoricienne
Atomisme
École éléatique
Sophistique
Académie
Lycée
Cynisme
Cyrénaïsme
École mégarique
École péripatétique
Scepticisme
Le Jardin d'Épicure
Stoïcisme
Nouvelle Académie
Néoplatonisme
École d'Alexandrie


Le scepticisme (du grec skeptikos, «qui examine») est , au sens strict, une doctrine selon laquelle la pensée humaine ne peut se déterminer sur la possibilité de la découverte d'une vérité. Il ne s'agit pas de rejeter la recherche, mais au contraire de ne jamais l'interrompre en prétendant être parvenu à une vérité absolue. Son principal objectif n'est pas de nous faire éviter l'erreur, mais de nous faire parvenir à la quiétude (ataraxia), loin des conflits de dogmes et de la douleur qu'on peut ressentir quand on découvre de l'incohérence dans ses certitudes.

Dans l'Antiquité, l'école sceptique eut pour fondateur le philosophe Pyrrhon dont nous ne connaissons que peu de choses. Nous possédons cependant quelques fragments de l'œuvre de son disciple Timon de Phlionte. Le scepticisme antique est ainsi résumé par Sextus Empiricus :

«Le scepticisme est la faculté de mettre face à face les choses qui apparaissent autant que celles qui sont pensées, de quelque manière que ce soit, capacité par laquelle, du fait de la force égale qu'il y a dans les objets et les raisonnements opposés, nous arriverons en premier lieu à la suspension de l'assentiment, et après cela à la tranquillité», Sextus Empiricus, Esquisses pyrrhoniennes, I, 8»

Au-delà de cet usage strict du terme, sceptique est un adjectif abondamment utilisé, fréquemment avec excès. Il a énormément été utilisé pour désigner un certain défaitisme face à la connaissance, en particulier à la Renaissance. Le terme a, enfin, été récupéré par des mouvements n'ayant qu'un lointain lien avec le scepticisme mais qui cherchent à mettre en avant leur contestation face à des idées présentées comme vraies.

Le Scepticisme Antique

Doctrine générale

Sextus Empiricus

D'après Sextus, la philosophie sceptique (dans sa période tardive) est une philosophie non dogmatique dont le principe méthodologique est d'opposer à toute raison valable, et sur tout sujet, une raison contraire et tout aussi convaincante. L'objectif de cette recherche, qu'on peut qualifier de logique, est de détruire les fausses opinions que nous soutenons à tout propos et qui nous rendent malheureux en nous trompant sur la nature des choses. Ce dernier point peut être rapproché de l'épicurisme ; mais la comparaison s'arrête là, car le sceptique entend bien rester dans l'ignorance en n'admettant rien qui ne soit douteux. Il ne formule pas d'hypothèses, mais laisse toujours ouverte la possibilité d'une réfutation.

En revanche, la réalité des phénomènes est tenue pour certaine, c'est-à-dire que l'apparence est telle qu'elle nous apparaît. Il ne dit pas : «cet objet (comme substance) est tel (qualité intrinsèque)» ; mais : «cet objet, comme il m'apparaît, apparaît avec telle qualité sensible». Du point de vue de la connaissance, cela revient à nier la catégorie de substance, pour n'affirmer que des apparences liées sans substrat métaphysique ; d'un point de vue moral, cette distinction permet d'établir des règles de vie issues de l'expérience : généralement, le sceptique suit les croyances établies, même s'il n'y croit pas. Les opinions du sens commun lui sont indifférentes : telle est la conclusion morale de cette philosophie, l'ataraxie et l'acatalepsie (la tranquillité et l'absence d'une souffrance qui serait due à une compréhension dite incomplète).

Selon Victor Brochard, le scepticisme, dans ses formulations les plus rigoureuses, est une véritable méthode scientifique, comparable à l'esprit scientifique moderne. En effet, ne posant aucune hypothèse d'ordre métaphysique, le scepticisme n'interdit pas d'étudier les phénomènes et d'en faire la théorie. Mais il faut dire cependant que ces philosophes ne semblent pas avoir eu conscience de la nouveauté épistémologique de leur doctrine, trop occupés qu'ils étaient dans leur recherche de l'indifférence heureuse.

Histoire du scepticisme antique

Cette philosophie ne semble prendre une forme systématique qu'au premier siècle après J. C. (ou quelques décennies avant J. C. ), avec Ænésidème, Agrippa puis Sextus Empiricus. Mais, avant eux, la Nouvelle Académie paraît être la véritable héritière du scepticisme pour la période IIIe - Ier siècle av. J. -C. Nous possédons deux œuvres de Sextus Empiricus, les esquisses pyrrhoniennes et Contre les professeurs. Ce qu'ont enseigné les autres sceptiques est complexe à établir avec certitude.

Les origines

D'après Diogène Laërce (IX, 71), certains sceptiques faisaient remonter l'origine de leur pensée à Homère ainsi qu'aux sept sages. On trouve en effet particulièrement tôt des formules sceptiques dans la culture grecque : Rien de trop par exemple.

Mais on trouve aussi des interrogations sur la possibilité de la connaissance chez les Présocratiques :

À cause de la faiblesse de nos sens, nous sommes impuissants à distinguer la vérité. Anaxagore
La vérité est au fond du puits. Démocrite
Il n'y a jamais eu, il n'y aura jamais un homme qui connaisse avec certitude ce que je dis des dieux et de l'univers. Quand même il rencontrerait la vérité sur ces sujets, il ne serait pas sûr de la posséder : l'opinion règne en toutes choses. Xénophane de Colophon

Protagoras affirme que sur tout sujet, on peut opposer des raisons contraires (Diogène Laërce, IX, 51). Socrate affirme que tout ce qu'il sait, c'est qu'il ne sait rien. De nombreux aspects de ce qui s'appellera plus tard le scepticisme imprègnent ainsi la civilisation de la Grèce. Mais leur synthèse en un dispositif philosophique cohérent prendra toujours quelques siècles.

L'ancien scepticisme

Nous savons peu de choses sur l'ancien scepticisme, qui paraît n'être principalement qu'un scepticisme pratique :

La Moyenne et la Nouvelle Académies

Article détaillé : Nouvelle Académie.

Selon Sextus Empiricus, les théories de la nouvelle académie changent du scepticisme sur deux points.

Initialement, la nouvelle académie prétend que les choses sont insaisissables. Pour le sceptique, il est impossible de déterminer si les choses sont saisissables ou non, car l'affirmation selon laquelle rien n'est saisissable est toujours dogmatique. Le sceptique se contente de suspendre son jugement.

Les membres de la nouvelle Académie, même s'ils disent que l'ensemble des choses sont insaisissables, changent probablement des sceptiques en premier lieu précisément en disant que l'ensemble des choses sont insaisissables (en effet, ils assurent cela, tandis que le sceptique s'attend à ce qu'il soit envisageable que telle chose soit saisissable) - Esquisses pyrrhoniennes, I, 226

De plus, les néo-académiciens recherchent le plausible, en dictant une échelle de valeur composée, en bas, de l'impression simplement plausible; au milieu, de l'impression plausible et examinée et en haut, de l'impression plausible, examinée plusieurs fois et indubitable. Cela les mène à choisir pour critère de vie (c'est-à-dire du critère qui déterminera nos actions, nos choix quotidiens) la recherche de ce fortement plausible, tandis que le sceptique, ne déterminant rien, ne suit que ses perceptions et les normes de l'endroit où il vit.

Mais nous différons aussi de la nouvelle Académie sur ce qui conduit à la fin, car les hommes qui affirment se conformer à sa doctrine ont recours au plausible au cours de leur vie, tandis que nous-mêmes vivons sans soutenir d'opinion en suivant les lois, les coutumes et nos affects naturels. - Esquisses pyrrhoniennes, I, 231

Le néo-pyrrhonisme

Il semble quoique le scepticisme n'atteint à sa conceptualisation la plus rigoureuse qu'à cette époque, avec des sceptiques qu'on a quelquefois qualifiés de dialectiques :


Plus ou moins différenciée du scepticisme dialectique, il exista aussi une branche empirique de cette école, branche spécifiquement liée à la médecine ainsi qu'à l'expérimentation scientifique :

Scepticisme au sens large

Le fondement du scepticisme de l'après moyen-âge est que science, matérialisme et athéisme sont trois positions philosophiques intimement liées, c'est-à-dire que l'une ne va pas sans l'autre.

Le scepticisme de la Renaissance

La Renaissance, hormis la redécouverte des Anciens, se définit par une mise en branle des certitudes concernant la physique. Un des points de départ de la période de la Renaissance fréquemment mis en avant est la découverte de l'héliocentrisme par Copernic. C'est un véritable traumatisme dans le domaine de la connaissance humaine, et Freud le qualifiera de première blessure de l'égoïsme de l'homme (à laquelle il fera en succéder une seconde, la théorie de l'évolution de Darwin, puis une troisième, la psychanalyse). L'homme n'est plus au centre du monde, sa certitude de vivre dans un monde harmonieux vole en éclats. Il n'y a plus ni ordre, ni place déterminée, ni règle. Ceci perdurera jusqu'à l'arrivée de Newton et sa théorie de l'attraction universelle.

La Renaissance, c'est aussi la période de violentes et interminables guerres de religion au sein du christianisme. La religion devient une des principales causes de souffrance. L'Europe est déchirée et commence à douter de ses dogmes.

Les humanistes se plongent alors dans la lecture des Anciens, dont ils disposent enfin des textes, pour trouver une réponse acceptable à la subite instabilité du monde. Ils ne trouveront que contradictions entre les différentes écoles, sans qu'on puisse raisonnablement donner la prédilection à l'une d'elles.

Montaigne en déduira qu'il est vain de tenter de découvrir le fonctionnement du monde. L'unique domaine de recherche qui est autorisé au philosophe, c'est sa propre intériorité.

Le scepticisme classique et moderne

Michel de Montaigne

La période classique et moderne forme un effort pour briser le scepticisme pessimiste de la Renaissance, surtout chez les rationalistes comme Descartes et Kant. Leurs œuvres consistent en une prise en compte de l'état de fait sceptique, pour ensuite sauver la connaissance et la métaphysique.

En France, le scepticisme se développe, sur la souche commune de Montaigne, dans deux directions différentes comme une stratégie de résistance de l'individu.

D'une part de grands lettrés, serviteurs du nouveau pouvoir monarchique, observent, au premier rang, son fonctionnement et mettent ainsi au point une technique pyrrhonienne de double parole (ce qu'on dit en public, sous contrainte ou par servitude volontaire; ce qu'on dit et pense par devers soi et entre amis, une skepsis critique)  : deux figures centrales se détachent qui jouirent d'un immense prestige europeén : sous Louis XIII et la jeunesse de Louis XIV, François de La Mothe Le Vayer dont les travaux et la pensée redonnent au scepticisme antique une véritable actualité européenne, auteur de nombreux traités sceptiques (par prudence les premiers sont publiés sous un pseudonyme) [1]; sous Louis XIV, Pierre-Daniel Huet qui, pour se disculper d'accusations d'athéisme pyrrhonien devra attaquer Descartes (Nouveaux mémoires) [2]. Pierre Bayle est aussi un grand sceptique français[3], dont les thèses furent discutées par Leibniz dans les Essais de théodicée (1710).

D'autre part, Descartes et ses disciples qui partent d'une nouvelle définition de la souveraineté du sujet pensant, de l'individu, et pour qui le doute sceptique n'est qu'une étape de la pensée; il est cependant significatif que Descartes choisisse l'exil et le retrait hors du politique, bref le refus du double langage de ses contemporains sceptiques qui, tel Huet, ont été ses plus durs ennemis. Pour Descartes, on ne peut prouver que notre vision actuelle soit fiable, qu'on ne soit pas par exemple en train de rêver, sinon par la certitude de l'existence de Dieu. Le scepticisme de Descartes s'inspire fortement de celui de Montaigne (Les Essais). On considère généralement que Descartes est plus proche de Montaigne du point de vue des principes fondamentaux de sa pensée que des philosophies rationalistes ultérieures. Chez lui le scepticisme est le premier pas vers la connaissance. Il est un moment à dépasser pour construire un savoir. C'est sur le doute qu'est bâti son "Discours de la méthode", mais il ne faut pas perdre de vue que son objectif principal est de renverser le scepticisme ambiant, en montrant qu'il est envisageable d'avoir des connaissances. Montaigne doute pour douter, tandis que Descartes doute pour ne plus douter.

David Hume

Ces deux directions structurent le scepticisme du XVIIIe siècle - Huet, La Mothe Le Vayer, Descartes sont presque mis sur pied d'égalité comme source d'influence.

Hors de France :

Période contemporaine

Le scepticisme se retrouve actuellement dans des courants de pensée tels que les différentes formes de constructivisme, qui proposent une philosophie de la connaissance d'inspiration clairement sceptique, ou le constructivisme social.

Il existe enfin un scepticisme scientifique, qui cherche à promouvoir la science, la pensée critique ainsi qu'à soumettre les pseudo-sciences à la méthode expérimentale. En France, ce mouvement est connu sous le nom de zététique. Il n'a cependant aucun lien avec le scepticisme philosophique au sens strict[4], le mot "sceptique" devant dans son cas être entendu dans son sens courant.

Article détaillé : scepticisme scientifique.

Le scepticisme en Asie

Contestation du scepticisme

Bibliographie

Éditions

Études

Notes et références

  1. Philippe-Joseph Salazar, La Divine Sceptique. Ethique et rhétorique au XVIIe siècle, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2000, 131p. (ISBN 3-8233-5581-3)
  2. Mémoires de Pierre-Daniel Huet, nouvelle édition, Paris/Toulouse, Klincksieck/SLC, 1993, (ISBN 2-908728-13-3)
  3. Cf. Pensées sur la comète, 1682, éd. GF-Flammarion, 2007.
  4. Au contraire, du point de vue du pyrrhonisme, la zététique serait reconnue comme un dogmatisme.

Voir aussi

Liens externes


Le scepticisme antique

scepticisme · Vocabulaire · Pyrrhon d'Élis · Timon de Phlionte · Ænésidème · Agrippa · Sextus Empiricus · Liste des sceptiques anciens

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Scepticisme_(philosophie).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu