Positivisme

Le terme positivisme sert à désigner un ensemble de courants qui dérivent essentiellement de la pensée d'Auguste Comte ...



Catégories :

Idéologie - Positivisme - Courant philosophique

Recherche sur Google Images :


Source image : quebechebdo.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • Courant philosophique du XIX ième siècle dominé par Auguste Comte qui soutient que la compréhension du monde passe par l'étude des ... (source : faculty.marianopolis)

Le terme positivisme sert à désigner un ensemble de courants qui dérivent essentiellement de la pensée d'Auguste Comte :

Le positivisme a fortement marqué la majorité des domaines de la pensée occidentale, y compris dans le monde anglo-saxon.

Même si la majorité des philosophes contemporains considère le positivisme comme dépassé, il n'en reste pas moins qu'un certain esprit positiviste subsiste à travers certaines formes de pensées, et que les structures qu'il a contribué à mettre en place en sont fortement marquées.


Origines

Les idées du positivisme puisent leur source dans certaines formulations de d'Alembert et Turgot, mais aussi par leurs amis et élèves Lagrange et Condorcet.

On cherchait en effet dès la seconde moitié du XVIIIe siècle à expliquer le progrès de l'esprit humain (Condorcet) par le développement des "sciences positives" (mathématiques, physique, chimie, ... ).

Le courant philosophique du positivisme commença à se structurer en France dans la première moitié du XIXe siècle. Ce terme fut propagé par Saint-Simon (Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon) et toujours davantage popularisé en philosophie par Auguste Comte, qui travailla étroitement avec Saint-Simon, dont il fut le secrétaire de 1817 à 1824.

Grandes étapes historiques

Positivisme scientifique d'Auguste Comte

Article détaillé : Auguste Comte.

Le positivisme scientifique d'Auguste Comte affirme que l'esprit scientifique va, par une loi inexorable du progrès de l'esprit humain, nommée loi des trois états, remplacer les croyances théologiques ou les explications métaphysiques.

Le positivisme scientifique correspond au Cours de philosophie positive, écrit de 1830 à 1842, avec la loi des trois états.

En devenant «positif», l'esprit renoncerait à la question «pourquoi ?», c'est-à-dire à chercher les causes premières des choses.

Il se limiterait au «comment», c'est-à-dire à la formulation des lois de la nature, exprimées en langage mathématique, en dégageant, par le moyen d'observations et d'expériences répétées, les relations constantes qui unissent les phénomènes, et permettent d'expliquer la réalité des faits.

Ernest Renan, Ernst Mach, parmi bien d'autres, ont repris une approche particulièrement voisine.


Positivisme religieux d'Auguste Comte

Article détaillé : Église positiviste.

Le positivisme "religieux", correspond à une deuxième phase de la pensée d'Auguste Comte, assez différente de la première.

Dans cette période, la pensée de Comte dérive vers une pensée nouveau-religieuse (religion de l'humanité) fondée sur une sorte de culte des morts : Comte est le "grand-prêtre" de l'humanité, la société est dirigée par les scientifiques, l'Humanité est un Grand-Être...

C'est une théorie qui établit des relations en société sur la base de lois scientifiques et techniques, censées apporter l'ordre, le progrès, l'amour au sens de l'altruisme (amour généralisé à des groupes humains plus larges que l'union des sexes).

Elle fait abstraction de la recherche sur le sens de la vie, les origines et les fins de l'Homme, le bonheur...

Les ouvrages écrits dans cette phase sont :

Selon Raquel Capurro[1], le positivisme trouve sa source dans une forme de culte de la Raison, qui eut lieu au cours de la Révolution française en 1793-1794.

Positivisme juridique

Article détaillé : positivisme juridique.

Le positivisme juridique est une doctrine juridique dans laquelle le droit se réduit au droit positif tel qu'il est décrit dans les codes. Le principal représentant de ce courant est l'Autrichien Hans Kelsen (1881-1973), auteur de la constitution de l'Autriche en 1920.

Hans Kelsen s'est inspiré du système de politique positive d'Auguste Comte (ouvrage écrit dans la phase dite "religieuse" de la philosophie de Comte) pour élaborer une théorie de la pyramide des normes, toujours nommée normativisme.

Le positivisme juridique exclut toute référence à un «droit naturel». Ces thèses sont exposées dans la Théorie pure du droit de Hans Kelsen. Le droit positif est , d'ailleurs, un des fondements de ce que Hans Kelsen a pu appeler l'État de droit.

Positivisme logique

Positivisme logique (ou empirisme logique, néo-positivisme, empirisme rationnel)

Article détaillé : Positivisme logique.

Critique du positivisme

Critique du néopositivisme

Dans le contexte de la philosophie contemporaine dominée par le courant phénoménologique, on assimile le positivisme et le scientisme. On nomme «néopositivisme» une théorie qui est un pur et simple scientisme.

Le néopositivisme n'a conservé du positivisme originel que le recours aux faits comme principe de démarcation entre le sens et le non-sens. Le néopositivisme n'exploite ce principe que pour disqualifier toute spéculation qui n'est pas réductible à un raisonnement formalisable, c'est-à-dire toute philosophie nommée de façon méprisante «métaphysique».

Le paradoxe est qu'au contraire , pour Auguste Comte, la fin de la métaphysique signifiait, à une époque où la philosophie était toujours enfermée dans des schémas pré-établis, la libération des possibilités spéculatives de la philosophie.

Critique religieuse

Selon l'encyclique Fides et Ratio, dans le contexte actuel, la prise en compte de la métaphysique est indispensable à la spéculation philosophique, en vue de la recherche de sens, pour tout ce qui concerne les sciences de la vie surtout :

«Un grand défi qui se présente à nous au terme de ce millénaire est celui de savoir accomplir le passage, aussi indispensable qu'urgent, du phénomène au fondement. Il n'est pas envisageable de s'arrêter à l'unique expérience; même lorsque celle-ci exprime et rend manifeste l'intériorité de l'homme et sa spiritualité, il faut que la réflexion spéculative atteigne la substance spirituelle et le fondement sur lesquels elle repose. Une pensée philosophique qui refuserait toute ouverture métaphysique serait par conséquent radicalement incorrecte pour remplir une fonction de médiation dans l'intelligence de la Révélation.»[2]

L'encyclique critique le positivisme et d'une façon plus générale le scientisme :

«Dans cette perspective, les valeurs sont réduites à de simples produits de l'affectivité et la notion d'être est écartée pour faire place à la pure et simple factualité. La science s'apprête par conséquent à dominer l'ensemble des aspects de l'existence humaine au moyen du progrès technologique.»[3]

Relation avec l'utilitarisme

Article détaillé : Utilitarisme.

Voir aussi :

Domaines influencés par le positivisme

Le positivisme a exercé une influence énorme dans la seconde moitié du XIXe siècle et jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale.

Médecine

La médecine a été chronologiquement le premier domaine influencé par le positivisme, à travers des personnalités comme :

C'est par la médecine que l'influence s'est transmise à l'Amérique latine.

Philosophie

L'influence d'Auguste Comte s'est transmise à :

Enseignement

Les lois sur l'enseignement primaire de Jules Ferry (28 mars 1882) se sont inspirées du positivisme.

Marcellin Berthelot introduisit l'esprit positiviste dans l'enseignement secondaire quand il fut ministre de l'instruction publique (1886-1887).

Droit

L'influence a été particulièrement forte sur le droit, à travers le mouvement du positivisme juridique :

Littérature, fiction et linguistique

Auguste Comte a influencé :

Économie

Mélangée avec d'autres idéologies, l'influence s'est manifestée aussi dans l'économie (conjuguée avec le saint-simonisme). John Stuart Mill, économiste anglais, fut séduit par les idées de Comte, mais s'en détourna vers 1842).

Sociologie

Auguste Comte est fréquemment reconnu en France comme l'un des précurseurs de la sociologie. En réalité, le terme de sociologie fut créé par Sieyès, et l'étude des phénomènes sociaux était antérieure à Comte (voir sociologie). Il n'en reste pas moins vrai que, dans l'évolution de la pensée occidentale des deux derniers siècles, le positivisme de Comte a influencé des sociologues comme Émile Durkheim, ou Herbert Spencer (utilitarisme anglais). Pour expliquer la psychologie de l'Homme, Auguste Comte crée une Triade basé sur les principes d'action de l'Homme :

Politique

En particulier à partir de la seconde moitié du XIXe siècle :

Histoire

Le positivisme a introduit de nouvelles formes de méthodologie historique, surtout chez les historiens Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos.

Autres

De nombreux polytechniciens ont été influencés jusqu'au milieu du XXe siècle.

L'histoire officielle de l'École polytechnique s'intitule "la pensée préservée". Cette histoire n'a pas été mise à jour depuis la première guerre mondiale. Un volume complet concerne Saint-Simon Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon et Auguste Comte.

Extension géographique

Monde anglo-saxon

L'influence s'est fait sentir sous la forme du positivisme anglais, dans certaines formes d'altruisme, qui à travers John Stuart Mill rejoignent les théories utilitaristes de Jeremy Bentham. Herbert Spencer a aussi subi l'influence positiviste.

Les États-Unis ont été influencés à travers le positivisme anglais.

Amérique latine

En Amérique latine, Raquel Capurro note que ce sont des médecins qui ont apporté le positivisme à travers les mouvements révolutionnaires qui se sont produits sur ce continent au Brésil, en Argentine, en Uruguay, où existent des temples positivistes. Le positivisme a pris une forme scientifique ou "religieuse" selon les cas. La devise «Ordre et progrès» figure sur le drapeau brésilien (Ordem e progresso), elle atteste de la forte influence qu'a eue le positivisme en Amérique latine dès la fin du XIXe siècle (voir aussi Raquel Capurro).

En 1903, l'Église positiviste du Brésil achète l'immeuble de la rue Payenne à Paris, où se trouve la maison de Clotilde de Vaux, et transforme l'appartement de Clotilde en "résumé culturel de la religion de l'humanité". Au premier étage, on peut visiter une chapelle de l'humanité, reproduction conforme à échelle réduite du plan de temple de l'Humanité qu'avait conçu Comte.

Le positivisme actuellement

Note sur l'esprit de la recherche scientifique

Les thèses développées par Comte vers le milieu du XIXe siècle ne sont plus vraiment applicables à la recherche scientifique de ces dernières décennies.

Les avancées de la recherche ont eu pour effet de trouver de nouvelles explications (le «pourquoi») de différents phénomènes :

La théorie du Big Bang pose la question de la cause première : si ce dernier a eu lieu, il ne peut par définition avoir de cause, mais cela n'implique pas pour tout autant qu'on ne puisse pas lui trouver une raison (voir ontologie), de même que la somme des angles d'un triangle en géométrie euclidienne a une raison sans avoir à proprement parler de cause chronologiquement.

Une insatisfaction créée par la mécanique quantique chez les physiciens vient exactement du fait que nous disposons de l'ensemble des moyens de prédire le comment sans avoir de modèle nous suggérant le pourquoi sous-jacent. Il en va de même pour la physique des particules (pourquoi ces charges et masses de particules et pas d'autres ? Pourquoi ces quarks-là et pas d'autres ? Pourquoi ces constantes universelles et pas d'autres ? Pourquoi ces lois de la physique et pas d'autres ?). Refuser d'envisager ces questions serait mettre fin au processus de recherche en physique, ainsi qu'à une chance d'assouvir la très grande curiosité humaine en ce domaine. Ce serait aussi le moyen assuré de n'en jamais trouver les réponses, si réponses il y a.

L'essor des sciences cognitives a d'autre part pour effet de montrer qu'à une certaine granulation il n'y a plus entre le pourquoi et le comment de séparabilité aussi nette que celle qu'on y voyait jadis (voir autopoièse).

Conséquences

Les deux sens (scientifique et religieux) ont en commun de refuser la théologie et la métaphysique dans une explication scientifique. Celle-ci doit reposer seulement :

La téléologie propre à l'éthique d'Aristote est brouillée.

Position de quelques contemporains

Notes

  1. Le positivisme est un culte des morts : Auguste Comte
  2. Encyclique Fides et ratio, § 83
  3. Encyclique Fides et ratio, § 88

Sur l'Histoire
Sur la philosophie rationaliste
Sur les concepts philosophiques en rapport avec la philosophie positiviste
Sur les développements du positivisme
Sur le positivisme juridique
Sur les rapports entre foi et raison

Bibliographie

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Positivisme.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu