Nyâya

Nyâya est la sixième et dernière école «orthodoxe», probablement fondée par le brahmane Akshapāda Gautama, est une doctrine identique, par certains aspects, au Vaishéshika.



Catégories :

Courant philosophique - Philosophie indienne

Recherche sur Google Images :


Source image : yogamrita.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Nyâya est le nom d'un des six dispositifs ou Darçanas de la La philosophie indienne, ... à cause de l'importance qu'il donne à la logique : aussi a-t-on pu.... Étant donné un objet possédant tel attribut, si la connaissance (que nous en ... (source : cosmovisions)

Nyâya est la sixième et dernière école «orthodoxe» (en sanscrit, la «méthode», ou la «règle»), probablement fondée par le brahmane Akshapāda Gautama, est une doctrine identique, par certains aspects, au Vaishéshika[1]. Son exposé le plus ancien est constitué par le Nyaya-sûtra de Gautama (Ier siècle ap. J. -C. ), qui systématise la logique indienne qui avait été élaboré jusqu'alors. Le nyâya rencontra alors une nouvelle phase, dite navya-nyâya, c'est-à-dire nouveau nyâya, avec Gangesa , auteur du célèbre ouvrage intitulé Tattva-cintâmani, le «Joyau parfait de la vérité» (1200) [2].

L'orientation logico-dialectique du Nyâya en fait un instrument privilégié de connaissance du réel, donc une source de libération comparé au cycle des réincarnations (samsara). On a quelquefois reconnu le Nyâya comme un dispositif philosophique unitaire, même si, dans ses diverses articulations, il s'est développé sur une durée de vingt siècles[1].

Le nyâya admet seize catégories, dont la première concerne les moyens d'une connaissance valide et la seconde le champ du connaissable. Les autres catégories portent sur les règles du syllogisme, sur la réfutation des erreurs et des sophismes, et sur la dialectique[2].

Les moyens d'une connaissance valide admis par le nyâya sont : la perception, l'inférence, la connaissance analogique et le témoignage digne de foi. Tout cela explique que le nyâya n'est pas un simple dispositif de logique formelle, mais comprend aussi une théorie de la connaissance et offre des points d'appui pour des développements spéculatifs, de telle sorte que qu'il peut s'intégrer dans le cadre de la sagesse de la philosophie indienne tournée vers la saisie du bien suprême[2].

La théorie du syllogisme articulée en cinq membres (thèse, raison, exemple, application, conclusion) est d'un intérêt tout spécifique. Les deux premières propositions, qui correspondent à l'enthymème de la logique occidentale, suffisent en réalité à former un syllogisme, mais les commentateurs de Gautama répliquèrent que le syllogisme complet de cinq éléments est utile aussi didactiquement que dialectiquement[2].

Le navyanyâya a enrichi le dispositif logique par ses importantes recherches sur les relations, qui ont abouti à leur distinction en contingentes, nécessaires, et sui generis, auxquelles il faut ajouter les relations indirectes et l'absence ou négation[2].

L'étude des relations a permis à la logique indienne de peaufiner les règles du syllogisme en en déterminant mieux les limites valides[2].

De l'ensemble des écoles philosophiques hindoues, le Nyâya est l'unique qui accepte l'existence du Seigneur, capable de transmettre la vérité[1].

référence (s)

  1. selon Encyclopédie des religions de Gerhard J. Bellinger ISBN 2253131113
  2. Encyclopédie de la philosophie ISBN 2253130125

Voir aussi


Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Ny%C3%A2ya.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu