Ngugi wa Thiong'o

Ngugi wa Thiong'o, est un écrivain kenyan. Il est né en 1938. Il est aujourd'hui professeur et directeur de l'International Center for Writing & Translation à l'Université de Californie à Irvine.



Catégories :

Écrivain kényan - Naissance en 1938 - Théoriciens du post-colonialisme - Critical theory - Courant philosophique - Ancien étudiant de l'université de Leeds

Recherche sur Google Images :


Source image : presenceafricaine.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Ngugi wa Thiong'o est né en 1938 à Kamiriithu, non loin de Nairobi, lorsque le pays faisait toujours partie de l'Empire britannique (*).... (source : jeuneafrique)
  • Ngugi wa Thiong'o est né à Kamarithu, au Kenya, le 5 janvier 1938, ... décide d'écrire désormais en kikouyou, sa langue maternelle, majoritaire à Nairobi.... (source : bourse-des-vols)

Ngugi wa Thiong'o, est un écrivain kenyan. Il est né en 1938. Il est aujourd'hui professeur et directeur de l'International Center for Writing & Translation à l'Université de Californie à Irvine.

Biographie

Figure dominante de la littérature des années Moi, il a particulièrement tôt adopté des positions radicales sur la «politique néocoloniale de l'establishment kenyan». À partir de 1967, il enseigne successivement au Kenya et en Ouganda. En 1971, il publie un premier recueil d'essais, Rentrer chez soi. Puis, tout en œuvrant à sa chronique Pétales de sang (1977, traduite en français), l'écrivain «afro-saxon», comme il se définit, se consacre au théâtre avec Le Procès de Dedan Kimathi (1975) et Ngaahika Ndeenda (1977), «Je me marierai lorsque je voudrai»). Cette dernière pièce, jouée en kikuyu devant un public populaire de plus en plus large, dérange les hautes sphères du pouvoir. Ngugi est arrêté en décembre 1977.

Il passera un an en prison et ce séjour radicalise cet auteur marxisant, qui adopte un ton de plus en plus critique envers le gouvernement. Il réécrit en kikuyu Caithani Matharaba-ini («Le Diable sur la croix) rédigé en prison dans les marges de sa Bible et sur du papier toilette. Sa pièce suivante, Maitu Njugira (1982) est interdite, et le théâtre où elle devait être jouée, rasé. La tentative de coup d'État de 1982 surprend Ngugi en Europe ; il ne rentrera pas au pays. Pour décoloniser l'esprit, est son adieu à l'écriture en anglais - depuis lors, il rédige ses romans seulement en sa langue maternelle, kikuyu (et de cette langue ils sont traduits en anglais, swahili, et autres).

Exilé à Londres, puis en Californie, professeur à l'université de New York, Ngugi wa Thiong'o continue de publier régulièrement pièces et essais, jusqu'à ce dernier livre, Murogi wa Kagogo lancé en 2004 à Nairobi au moment où il décide de rentrer d'exil. «Nous avons énormément parlé de l'exil politique/[... ]/Ta douce figure m'a rappelé notre terre natale/Ma maison à Limuru et la tienne à Mang'u/Un jour nous rentrerons chez nous/Et nous parlerons notre propre langue.» Ainsi s'exprimait Ngugi wa Thiong'o, dans le poème «Kuri Njeeri» qu'il avait dédié à sa femme.

Murogi wa Kagogo, qui veut dire en effet «sorcier du corbeau» est le livre le plus long jamais composé dans une langue de l'Afrique sub-sahariènne.

Article connexe

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Ngugi_wa_Thiong%27o.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu