Néokantisme

Le néokantisme est un courant de la pensée philosophique allemande qui occupe la scène universitaire des années 1870 jusqu'aux premières décennies du XXe siècle.



Catégories :

Courant philosophique - Emmanuel Kant

Recherche sur Google Images :


Source image : twenga.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La philosophie de Kant s'achève ainsi en une pensée politique qui considère... En France, le néokantisme est essentiellement représenté par le philosophe... (source : memo)

Le néokantisme est un courant de la pensée philosophique allemande qui occupe la scène universitaire des années 1870 jusqu'aux premières décennies du XXe siècle. Ses principaux représentants sont Hermann Cohen, Paul Natorp et Ernst Cassirer (pour ce qui concerne le néokantisme de Marbourg qui est principal). Faisant de l'expression «Zurück zu Kant!» («Retour à Kant !») son mot d'ordre, ce courant de pensée n'est pas un simple retour, mais l'approfondissement de la philosophie kantienne dans deux directions :

Le néokantisme est quelquefois identifié à l'École de Marbourg, du fait de la présence de H. Cohen et d'autres à l'université de Marbourg.

Contexte historique : le grand discrédit de la philosophie au XIXe siècle

Le XIXe siècle fut marqué par l'hégémonie de l'école hégélienne et l'intellectualisme allemand. Après la mort de Hegel, la philosophie fut l'objet d'un discrédit dont on a peu idée aujourd'hui. Tandis qu'elle se voulait le fleuron de la science, elle fut reconnue dans les années 1850 et suivantes, comme sa honte, certains allant même jusqu'à vouloir la voir disparaître. Il faut dire que le développement de la science et le sectarisme de l'école hégélienne furent telles que la philosophie ne trouvait plus sa place, pis, elle ne permettait pas de répondre aux développements sociaux, historiques, politiques.

Face à l'effondrement de l'idéalisme spéculatif, à la fin du XIXe siècle, on assiste au choix de repartir de celui qui fut le fondateur du criticisme : Kant. Le mot d'ordre «Zurück zu Kant!» («Retour à Kant !») semblait l'unique issue pour sortir la philosophie de son ornière. En effet, le criticisme kantien sert à penser les sciences et la place de la raison dans la pensée humaine. Ainsi naquit le néokantisme.

Tous les penseurs de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle sont de près ou de loin néokantiens. Michel Foucault, auteur pour sa thèse de doctorat d'une traduction de l'anthropologie d'un point de vue pragmatique de Kant mais aussi d'une "Introduction à l'anthropologie kantienne", a déclaré une fois «nous sommes tous néokantiens».

Éléments historiques

Il est habituel d'attribuer l'apparition du néokantisme à Hermann Cohen lors de la publication en 1871 de Kants Theorie der Erfahrung (La Théorie kantienne de l'expérience) même si on trouve des éléments déjà chez Lange, Liebmann ou Helmholtz.

L'intérêt de Kant provient de différents aspects de sa pensée. Initialement et avant tout, son intérêt pour les sciences de la nature, tandis que l'idéalisme spéculatif prétendait les supplanter. L'expérience (comme expérience vécue, Erfahrung) a une place centrale chez Kant, et reste compatible avec les sciences de la nature et leur méthode. C'est un de ses avantages décisifs. D'autre part, Kant ne prétend pas que la totalité des choses soit connaissable comme l'avait prétendu les hégéliens. Le dogmatisme spéculatif qui fut l'une des causes principales du discrédit de la philosophie était évacué de la philosophie par ce retour à Kant. D'autre part, le dogmatisme matérialiste qui était alors en vogue, était aussi battu ainsi en brèche, assimilé lui aussi à un dogmatisme. En effet, l'esprit n'y avait plus de place. La doctrine kantienne permettait de redonner sa place au sujet connaissant, ainsi qu'à l'expérience.

Il ne faut pas voir le néokantisme comme un retour au confort du kantisme pur et dur, mais énormément plus comme le retour au dernier point fixe pour frayer une nouvelle voie à la philosophie. La philosophie de Kant, sa conception du temps et l'espace en premier lieu et avant tout, est marquée par l'émergence de la physique moderne de Newton s'appuyant sur les théories mathématiques. Celles-ci avaient énormément progressé au XIXe siècle. Qui plus est , la physique était en plein bouleversement avec l'émergence de la théorie de la relativité et de la physique quantique. Enfin, la biologie avait énormément progressé. La philosophie ne pouvait rester indifférente à tous ces bouleversements de la connaissance scientifique. Le néokantisme avait comme premier programme de revoir les théories de Kant à la lumière de ces progrès, de les adapter le cas échéant.

Hermann Cohen enseigna à Marbourg, d'où le nom de l'école du même nom, où furent développées et enseignées ces thèses. L'autre grand fondateur de l'école néokantienne est Paul Natorp. Le dernier grand néo-kantien, Ernst Cassirer fut le disciple de Cohen et Natorp.

Principales doctrines

Séparation de la méthode kantienne de ses résultats

Le néo-kantisme a aménagé le kantisme en distinguant principalement les résultats de l'investigation kantienne de la méthode employée, montrant que celle-ci était toujours valide indépendamment des évolutions des théories scientifiques. Cette méthode permettait d'unifier les différents champs du savoir et leur donner un sens pour l'homme.

Le néokantisme est kantisme en cela qu'il considère les questions fondatrices de Kant de la Critique de la Raison pure «que puis-je savoir ? que puis-je espérer ? que dois-je faire ?» comme éternellement valables. Le néokantisme a en particulier insisté sur la première de ces questions et l'a actualisée. L'influence néokantienne est majeure en cela qu'il a montré que la question des conditions de la science, et de sa synthèse était du ressort de la philosophie et son champ de pertinence par excellence. Le néokantisme a en particulier montré que la démarche critique n'était pas un simple moment dans l'histoire de la philosophie, mais bien une des ses composantes principales.

Unité de la Raison

Kant n'avait pas réellement vu à quel point physique et mathématiques étaient intimement liés. Qui plus est , la question de l'unité du savoir se posait à une époque où il devenait de plus en plus complexe à une seule personne de comprendre et posséder la majeure partie des connaissances scientifiques, quels qu'en soient les domaines : mathématique, physique, biologie, psychologie…. Le néokantisme a tenté de restituer une unité et de donner les moyens d'opérer leurs synthèses. Pour ce faire, la démarche kantienne rénovée servit de fil directeur, en montant que la méthode scientifique est une quel que soit le domaine d'investigation. Surtout, tandis que la division noumène, phénomène chez Kant permettait de structurer la Raison en distinguant le monde sensible de l'intelligible, cette distinction est remise en question en premier lieu par Cohen puis par Cassirer.

Ce dernier reprend la méthode des antinomies de la Raison, au cœur de la Critique de la Raison Pure, mais en modifie les termes. Il ne s'agit plus d'opposer phénomène et noumène, mais monde organisé d'une part et donnée brut des sens à structurer. Ainsi, l'expérience apporte un matériau que la Raison structure selon les lois universelles des mathématiques, dont la physique est le meilleur exemple. L'unité de la Raison était ainsi assurée de façon critique, c'est-à-dire du point de vue de ses conditions de réalisation. Elle était de nouveau envisageable, mais de façon différente de ce que Kant avait formalisé.

Bibliographie

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9okantisme.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu