Métrodore de Lampsaque

Métrodore de Lampsaque, dit le Jeune, était un philosophe grec appartenant à l'école de l'épicurisme. Il faut le distinguer de son homonyme Métrodore de Lampsaque qui fut un disciple d'Anaxagore au Ve siècle av.



Catégories :

Philosophe de la Grèce antique - Philosophe agnostique - Philosophe hellénistique - Épicurisme - Courant philosophique

Recherche sur Google Images :


Source image : fr.wikipedia.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Pour Métrodore de Lampsaque, la situation est plus complexe toujours, ... pelé «Métrodore l'épicurien»), certaines allusions de commentateurs et de com-... (source : g.coqui.free)
  • ... Diogène Laërce n'est guère éclairant sur Métrodore de Lampsaque ; c'est un... soin du fils de Métrodore, Epicure, et du fils de Polyainos, ... (source : philalethe)
Métrodore
Philosophe Occidental
Antiquité
Autun Musée Rollin Mosaïc.jpg
Naissance : -321
Décès : -277
École/tradition : Épicurisme
Influencé par : Épicure

Métrodore de Lampsaque, dit le Jeune (321-277 av. J. -C. ), était un philosophe grec appartenant à l'école de l'épicurisme. Il faut le distinguer de son homonyme Métrodore de Lampsaque (l'Ancien) qui fut un disciple d'Anaxagore au Ve siècle av. J. -C.

Avec son frère Timocrate, Métrodore s'attacha à Épicure et fut un de ses familiers. Selon Diogène Laërce, Métrodore après s'être lié à Épicure ne quitta qu'une fois sa proximité, durant six mois, pour aller chez lui, de retour auprès d'Épicure, il ne le quitta plus. Cette proximité des deux philosophes est matérialisée par les portraits de Métrodore et d'Épicure rassemblés sous la forme d'un Hermes. Par contre Timocrate quitta l'école d'Épicure avant d'écrire de nombreux traités critiques et injurieux envers les épicuriens.

Œuvres

Portrait de Métrodore associé à celui d'Épicure sur un Hermès d'époque romaine conservé au Louvre

Le titre des œuvres principales de Métrodore nous a été transmis par Diogène Laërce[1].

L'essentiel de son œuvre est actuellement perdu, et ses écrits ne sont connus qu'indirectement ou par de courtes citations. De petits fragments de son œuvre De la richesse ont été retrouvés dans la bibliothèque de Philodème de Gadara dans la villa des papyri à Herculanum. Une citation accompagnée d'un portrait ont été retrouvés sur une mosaïque d'Autun.

Références

Notes

  1. Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres [détail des éditions] [lire en ligne], X.

Bibliographie

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9trodore_de_Lampsaque_(le_Jeune).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu