Lucrèce

Lucrèce est un philosophe - poète latin du Ier siècle av. J. -C.,. On sait particulièrement peu de choses sur sa vie. Il est l'auteur du De rerum natura, un long poème passionné qui décrit le monde selon les principes d'Épicure.



Catégories :

Écrivain romain du Ier siècle av. J.-C. - Philosophe romain - Poète de la Rome antique - Épicurisme - Courant philosophique - Date de naissance inconnue (Ier siècle av. J.-C.) - Décès en -54

Recherche sur Google Images :


Source image : blup.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Sur le plan de la poésie, l'époque de Lucrèce est toujours une période de ..... n'y a probablement pas de plus beau poème scientifique que le De natura rerum.... (source : bcs.fltr.ucl.ac)
  • ... Selon vous, quel poème (de quels livres) de cette œuvre de Lucrèce De la nature (de rerum natura) décrit au mieux la nature comme peut la... (source : fr.answers.yahoo)
Lucretius.jpg

Lucrèce (en latin Titus Lucretius Carus) est un philosophe-poète latin du Ier siècle av. J. -C. , (peut-être 98-54). On sait particulièrement peu de choses sur sa vie. Il est l'auteur du De rerum natura[1], un long poème passionné qui décrit le monde selon les principes d'Épicure.

Un auteur mal connu

Seuls deux textes antiques donnent des indications succinctes sur la vie de Lucrèce. Ils datent du IVe siècle et sont par conséquent particulièrement postérieurs à l'époque de Lucrèce. Donat écrit dans sa Vie de Virgile que Lucrèce est mort l'année où Crassus et Pompée furent consuls et où Virgile prit, à 17 ans la toge virile[2]. Mais cette affirmation est contradictoire : Virgile a eu 17 ans en 53 et le deuxième consulat commun de Pompée et Crassus date de 55. D'autre part, le crédit accordé à cette œuvre est particulièrement faible.

Dans sa Chronique, saint Jérôme de Stridon, élève de Donat, semble environ s'accorder avec son maître sur les dates. Il ajoute des informations que énormément jugent assez incertaines, en raison surtout de l'hostilité des chrétiens à l'égard de l'épicurisme. À l'année 96, 94 ou 93 suivant les manuscrits, il est écrit :

«Le poète Titus Lucretius nait. Rendu fou par un philtre d'amour, il rédigea dans ses moments de lucidité quelques livres que Cicéron corrigea ensuite. Il se donna la mort dans sa quarante-quatrième année. [3]»

On a dit Lucrèce venant de Campanie car c'est essentiellement dans cette région d'Italie que s'est implanté l'épicurisme. Mais ce n'est là qu'une hypothèse.

Son œuvre

Lucrèce a laissé un poème en six chants, intitulé De natura rerum et rédigé en hexamètres dactyliques. Il compte 7415 vers et ne semble pas achevé. En voici la composition :

Son œuvre est un exposé de la doctrine d'Épicure, sous une forme qui néenmoins était rejetée par le maître et les épicuriens «orthodoxes». Ces derniers, en effet, méprisaient la poésie comme mode d'expression philosophique ; mais Lucrèce explique ce choix par la métaphore du remède amer que les enfants refusent d'absorber si on ne met pas du miel sur la coupe. Le remède symbolise la doctrine d'Épicure, avec toute sa difficulté, et le miel représente la forme poétique, qui charme les sens. Lucrèce subit aussi l'influence d'Empédocle[4], poète-philosophe tout comme lui.

Le De natura rerum ne fut «édité» — et sauvé de l'oubli — qu'après la mort de Lucrèce, par Cicéron, qui admirait la qualité poétique de l'ouvrage[5], quoiqu'il ait fréquemment lui-même combattu l'épicurisme[6].

Ovide a dit que «les poèmes du sublime Lucrèce ne périront que le jour où le monde entier sera détruit»[7].

Lucrèce livre la synthèse la plus complète de l'épicurisme romain, courant qui incluait aussi des poètes comme Horace (l'inventeur du Carpe diem), et les élégiaques Catulle et Ovide.

Notes

  1. Titre français : De la nature des choses ou simplement De la nature
  2. " (Vergilius) initia ætatis Cremonæ egit usque ad virilem togam, quam decimo septimo anno natali suo accepit isdem illis consulibus (Pompeo et Grasso), iterum, quibus erat natus evenitque ut eo ipso die Lucretius pœta decederet", Donat., Vita Vergilii, 6.
  3. T. Lucretius pœta nascitur. Postea amatorio poculo in furorem versus, cum aliquot libros per intervalla insaniæ conscripsisset, quos postea Cicero emendavit, propria se manu interfecit anno ætatis quadragesimo quarto. Chron., [96] 94 a. C. )
  4. De la nature des choses, livre I, vers 705-829.
  5. «Lucreti pœmata ut scribis, ita sunt, multis luminibus ingeni, multæ tamen artis» (Cic., Ad Quintum Fratrem, II, 9, 3).
  6. Surtout dans les Tusculanes, V.
  7. Amours, I, 15.

Bibliographie

Voir aussi

Liens externes


Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Lucr%C3%A8ce.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu