Liberté

Cet article vient en complément de l'article Liberté. Il reprend, en français, les sommaires des articles des WP en différentes langues.



Catégories :

Métaphysique - Philosophie politique - Théorie du droit - Philosophie de l'action - Philosophie morale - Philosophie de l'esprit - Philosophie analytique - Courant philosophique

Recherche sur Google Images :


Source image : twenga.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • Souveraineté inaliénable de l'individu, droit qu'il a de disposer de sa personne; Potentialité qu'a une personne de penser sans... (source : fr.wiktionary)
  • c'est l'absence de contrainte et l'indépendance. La loi garantit le principe selon lequel la liberté individuelle s'arrête où... (source : junior.senat)

Cet article vient en complément de l'article Liberté (déjà trop dense). Il reprend (ra), en français, les sommaires des articles des WP en différentes langues (il ne s'agit pas d'une traduction intégrale).

Les liens cités portent sur des points non développés, ou différemment, dans l'article en français.

Version anglaise

en :Liberty

Comme concept de philosophie politique, la liberté identifie la protection de l'individu contre l'exercice arbitraire de l'autorité.

L'individualisme et le libéralisme conçoivent la liberté comme indépendante de contraintes extérieures.

Le socialisme met sur le même plan la liberté et l'égalité en proclamant que la liberté sans l'égalité revient à la domination par le plus puissant.

La liberté positive

La liberté positive selon John Stuart Mill et Isaiah Berlin est la possibilité d'agir pour réaliser son potentiel personnel, par opposition à la liberté négative qui est l'absence de contrainte.

Énormément, à gauche, voient la liberté positive comme garantissant des droits égaux pour l'éducation et l'emploi, une défense contre la discrimination.

La liberté positive est associée aux penseurs européens tels que Hegel, Rousseau, Herder et Marx.

La liberté négative

La notion de liberté négative est associée aux philosophes politiques britanniques : Locke, Hobbes et Smith.

"LIBERTÉ [liberty], ou FRANCHISE [freedom], veut dire (proprement) l'absence d'opposition (par opposition, j'entends les obstacles extérieurs au mouvement) et le mot ne peut pas moins être appliqué aux créatures privées de raison et inanimées qu'aux créatures raisonnables. [... ] Conformément à la signification propre et le plus souvent admise du mot, UN HOMME LIBRE est celui qui, pour ces choses que selon sa force et son intelligence il est capable de faire, n'est pas empêché de faire ce qu'il a la volonté de faire. " (Hobbes, Léviathan, Livre I, § 21). "L'homme libre n'est pas dans les fers, ni emprisonné, ni terrorisé comme un esclave par la peur de la punition... ce n'est pas un manque de liberté de ne pas voler comme un aigle ou de ne pas nager comme une baleine. " (Helvétius).

La liberté et la pensée politique

La loi ancienne

La première utilisation connue du mot liberté dans un contexte politique date du XXIVe siècle av. J. -C. , dans un texte décrivant la liberté sociale et économique à Lagash une ville-état de Sumer. Urukagina, roi de Lagash établit le premier code réputé pour protéger le citoyen des riches et des puissants. C'est le premier exemple de processus équitable (en :due process) dans l'histoire de l'humanité.

D'autre codes, tels le Code d'Hammurabi, interdisent la contrainte en matière économique.

Le droit romain aborde certaines formes limitées de liberté (limitées au citoyen romain).

L'idée de libertés inaliénables et universelles dû attendre le Siècle des Lumières.

Le contrat social

Les théories du contrat social furent parmi les premières à apporter un classement des droits, surtout la notion de souveraineté et de droit naturel. Montesquieu apportera une contribution majeure.

Les perspectives modernes

En Europe continentale le terme libéralisme s'applique le plus souvent au libéralisme économique. Aux États-Unis il s'applique au libéralisme social.

La critique

La conception de la liberté individuelle a été critiquée par Marx, Nietzsche et Freud. Marx nomma la Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen de 1789 les "droits de la bourgeoisie égoïste". La concentration de la propriété des médias empèche (pour les marxistes) l'exercice effectif du droit d'expression en sélectionnant ceux qui s'expriment dans les médias.

La liberté sans l'égalité, selon les anarchistes n'est que la "liberté du puissant d'exploiter le faible".

Statues et monuments

Un temple a été érigé à la déesse Liberté sur l'Aventin à Rome par le père de Tiberius Gracchus. Une statue a été élevée par Claudius sur le site de la maison de Cicéron rasée.

La statue de la Liberté est dressée à l'entrée du port de New York.

Voir aussi

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Libert%C3%A9_(philosophie_politique).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu