Julia Kristeva

Julia Kristeva, née le 24 juin 1941 à Sliven, est docteur de lettres, philosophe, psychanalyste et écrivain français d'origine bulgare.



Catégories :

Philosophe français - Écrivain français du XXe siècle - Femme de lettres française - Pensée postmoderne en France - Critical theory - Courant philosophique - Psychanalyste français - Théoricien de la littérature - Naissance en 1941 - Sémioticien - Psychanalyste - Officier de la Légion d'honneur

Recherche sur Google Images :


Source image : twenga.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Si la vie de Julia Kristeva est construite autour du langage et de l'écriture, l'écrivain a quand même éprouvé le besoin de se distancier du milieu... (source : contacttv)
  • Le Langage, cet inconnu. Une initiation à la linguistique. Le Point de la question, Paris, 1970, .... (Julia Kristeva fait partie des auteurs). · The Samurai... (source : diplomatie.gouv)
  • Julia Kristeva est née en 1941 en Bulgarie. En 1966, elle arrive à Paris pour... Huit ans plus tard La révolution du langage poétique (Editions du Seuil, ... (source : amazon)
Julia Kristeva en 2008

Julia Kristeva, née le 24 juin 1941 à Sliven (Bulgarie), est docteur de lettres, philosophe, psychanalyste et écrivain français d'origine bulgare.

Biographie

Julia Kristeva s'installe en France en 1964. Elle participe à la revue Tel Quel et fait partie d'une association d'écrivains avec Michel Foucault, Roland Barthes, Jacques Derrida, Jean-Louis Baudry, Jean-Pierre Faye, Marcelin Pleynet, Jean Ricardou, Jacqueline Risset, Denis Roche, Pierre Rottenberg, Jean Thibaudeau et Philippe Sollers, dont elle deviendra l'épouse. Elle invente dans ce contexte en 1967 la notion d'intertextualité.

En 1979, après avoir suivi des séminaires de Jacques Lacan, elle devient psychanalyste. Progressivement, elle devient théoricienne du langage, elle établit une relation entre la sémiologie et l'analyse psychologique. Elle enseigne alors la sémiologie à l'Université de l'État de New York ainsi qu'à l'Université Paris 7 Denis Diderot. Elle est membre de l'Institut universitaire de France.

Elle dirige aussi le Centre Roland Barthes, dont les activités sont destinées aux doctorants ainsi qu'aux enseignants chercheurs qui interrogent les textes littéraires dans une perspective interdisciplinaire.

Sa pensée se place dans le sillage du néo-structuralisme.

Dans La Révolution du langage poétique (1974), Julia Kristeva présente la théorie selon laquelle le processus producteur de sens dans le langage se compose de deux éléments concourants, le symbolique et le sémiotique. Ce travail d'avant-garde relie aussi le langage au corps vivant. Dans sa trilogie Pouvoirs de l'horreur (1980), Histoires d'amour (1983) et Soleil noir (1987), elle développe des théories originales et efficaces sur l'abjection, l'amour et la dépression. Dans Étrangers à nous-mêmes (1988), son approche psychanalytique contribue à une nouvelle compréhension de la migration, de l'exil et de l'altérité.

Dans Les Nouvelles Maladies de l'Âme, publié en 1993, Kristeva explique comment les images médiatiques qui aplanissent les différences et les émotions produisent aussi une uniformisation de l'âme ou de la psyché. Elle affirme que «pressés par le stress, impatients de gagner et de dépenser, de jouir et de mourir, les hommes et les femmes d'aujourd'hui font l'économie de cette représentation de leur expérience qu'on nomme une vie psychique... L'homme moderne est en train de perdre son âme. Mais il ne le sait pas, car c'est exactement l'appareil psychique qui enregistre les représentations et leurs valeurs signifiantes pour le sujet». L'espace psychique, cette chambre obscure de notre identité où se reflèchissent à la fois le mal de vivre, la joie, et la liberté de l'homme occidental, est-il en train de disparaître? L'étude de Kristeva pose cette question alarmante qui révèle non seulement une urgence thérapeutique, mais également un problème de civilisation. Kristeva poursuit ce questionnement dans Sens et non sens de la révolte, publié en 1996, où dans un discours sur les pouvoirs et les limites de la psychanalyse elle se demande si face à la culture "show" ou "entertainment" il est envisageable de bâtir et d'aimer une culture-révolte? C'est-à-dire ni une nouvelle version de l'engagement, ni une promesse paradisiaque, mais, au sens etymologique et proustien de la révolte -, dévoilement, retournement, déplacement, reconstruction du passé, de la mémoire et du sens.

En 2004 elle publie Meurtre à Byzance, un polar historique et métaphysique, où à travers une sombre histoire de meurtres en série, ainsi qu'à travers un cheminement sur les traces d'Anne Comnène, princesse byzantine et historienne, Julia Kristeva aborde le sujet de l'immigration, du déracinement et de la perte d'identité dans un voyage vers l'innommable.

Le livre Thérèse mon amour paraît en 2008. Entre roman et traité, c'est un récit de la vie de Sainte Thérèse d'Avila avec de multiples échos entre ce que Thérèse a vécu au XVIe siècle et le surgissement du continent religieux actuellement, qui font renaître au présent l'énigme de l'expérience intérieure de la sainte.

Julia Kristeva a publié plus d'une vingtaine d'ouvrages et il y a peu de temps, elle s'est spécifiquement intéressée aux femmes écrivains ainsi qu'aux intellectuelles. Son œuvre a une grande influence sur le féminisme international contemporain. Elle est l'auteur d'une trilogie publiée entre 1999 et 2002, intitulée Le Génie féminin et consacrée à Hannah Arendt, Mélanie Klein et Colette, où elle se dissocie du "féminisme massificateur" et insiste sur l'irréductible singularité de chaque sujet.

Julia Kristeva est d'autre part Docteur Honoris Causa dans de nombreuses universités prestigieuses (comme New School University de New York, ou Harvard University de Cambridge, Massachusetts) et membre de la British Academy de Londres.

L'auteur a reçu en 2004 le Prix Holberg (équivalent du Nobel pour les sciences humaines), pour "ses travaux novateurs consacrés à des problématiques qui se situent au croisement entre langage, culture et littérature".

Elle a aussi reçu, en décembre 2006 à Brême, le prix Hannah Arendt pour la pensée politique, dont elle a fait officiellement don à l´ONG HumaniTerra.

Julia Kristeva fait partie, depuis plusieurs années, du Conseil National Handicap, qui a pour but de sensibiliser, former et informer la population sur les différents handicaps et leurs prises en charge[1].

Critique

Parmi ses critiques, on peut citer Alan Sokal et Jean Bricmont qui, dans un ouvrage qui a déclenché une polémique, Impostures intellectuelles, dénoncent, en se basant sur trois articles de Kristeva, une utilisation abusive de termes techniques mathématiques ou physiques quelquefois assez poussés destinés, selon eux, à impressionner un lecteur qui ne possède pas les connaissances servant à juger du bien fondé de l'utilisation de ces termes.

Julia Kristeva est fréquemment sérieusement critiquée pour ses théories sur le désir homosexuel comme une fondation de poétiques dans la connexion avec laquelle le désir homosexuel est refusé pour être ou stigmatisé (par exemple Judith Butler).

Elizabeth Grosz dit que "une catégorie d'amour manquant des Histoires d'amour est l'amour d'une femme pour la femme".

Julia Kristeva est tournée en dérision par les auteurs du FAS (Front d'action stupide) qui, sur leur site Internet ([1]) et dans certains textes publiés[2], en ont fait un personnage de fiction au comportement caricatural.

Œuvres

Romans
Essais
Autres

Décoration

Références

  1. etatsgenerauxhandicap. net
  2. Collectif, Les Annales du FAS (3 tomes), éditions Cardinal, 2008
  3. Décret du 30 janvier 2008 publié au JO du 31 janvier 2008.

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Julia_Kristeva.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu