Inconscient

L'inconscient est un concept de psychologie qui sert à désigner l'activité psychique se déroulant hors de la sphère consciente dans l'esprit d'un individu.



Catégories :

Philosophie de l'esprit - Philosophie analytique - Courant philosophique - Métapsychologie - Psychanalyse - Rêve

Recherche sur Google Images :


Source image : psychiatriinfirmiere.free.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • (in; conscient). * Qui n'a pas sa conscience, sa connaissance. Un malade étendu inconscient : évanoui, comateux.... (source : nzdl.sadl.uleth)

L'inconscient (de in-, préfixe privatif et conscient, traduction de l'allemand Das Unbewusste) est un concept de psychologie qui sert à désigner l'activité psychique se déroulant hors de la sphère consciente dans l'esprit d'un individu. Suivant les domaines et les points de vue théoriques, on pourra ainsi désigner comme inconscient un désir subconscient, une perception subliminale, un attitude ou un préjugé implicite, un apprentissage procédural, etc.

L'opposition entre phénomènes conscients et inconscients est déjà présente au XVIIIe siècle dans les travaux de philosophes comme Leibniz et continuera d'être développée au cours du siècle suivant, surtout par Eduard von Hartmann, auteur en 1869 d'une Philosophie des Unbewussten traduite en Philosophie de l'Inconscient, première apparition du mot en français. Parallèlement, des psychiatres tels que Pierre Janet de l'École de la Salpêtrière explorent la nature psychologique et psychopathologique de l'inconscient. Sous l'influence de ce dernier, l'inconscient deviendra un concept central de la théorie psychanalytique développée par Sigmund Freud. Au cours du XXe siècle, les différents courants de la psychanalyse donneront des interprétations variables du rôle et de la nature des phénomènes inconscients. Ainsi, Jung en proposera une lecture sociale à travers la notion d'inconscient collectif. Dans le même temps, de nombreux travaux en psychologie sociale et en psychologie cognitive aborderont expérimentalement les processus inconscients et plus il y a peu de temps, les bases cérébrales de ces processus font l'objet de nombreux travaux de recherche en neurosciences cognitives et surtout grâce aux informations apportées par les études neuropsychologiques de phénomènes comme la «vision aveugle» ou la négligence mais aussi par les études en neuroimagerie. Suivant les auteurs, ces travaux se placent dans une perspective compatible ou au contraire assez disjointe des approches psychanalytiques mentionnées auparavant[1].

Définition

Dans un sens général, l'inconscient est tout ce qui n'est pas conscient. Cela peut-être compris comme ce qui n'est pas conscient à un moment donné (l'infraconscient, par exemple, un bruit d'eau courante qu'on n'avait pas remarqué jusqu'alors) ou comme ce qui est inaccessible à la conscience.

D'après la théorie psychanalytique, l'inconscient est l'hypothèse d'un maillage d'idées, de perceptions, d'émotions constituant le psychisme. Il ne s'agirait pas ici simplement de l'opposition à la notion de conscience mais d'une structure réactive et dynamique. A titre d'exemple, un changement à une des mailles génèré par une perception pourrait entrainer des modifications sur une plus grande partie du psychisme. Cette structure fonctionnerait avec ou sans conscience ce qui est contradictoire avec son nom.

Les idées de Sigmund Freud

Nos actes manqués (y compris les représentations qui sont des «actes psychiques» selon Freud) répondraient à des raisons, des désirs non formulés de façon intelligible, sans qu'on ait conscience de ces choix. Ceci pose quelques questions : quels sont ces désirs, comment apprendre ce qu'ils sont ? Pourquoi n'en avons-nous pas conscience ?

La psychanalyse se présente comme une méthode d'investigation de processus psychiques inconscients. Ceci, en premier lieu, rappelle l'intérêt de l'hypothèse : un processus inconscient n'en serait pas moins psychique, il pourrait, selon la psychanalyse, être évoqué sous hypnose. Freud établit en 1900 sa première topique composé de trois dispositifs : l'inconscient duquel émaneraient les désirs/fantasmes, le conscient qui les analyserait en continu et le préconscient qui les emmagasinerait et les rétablirait dans le conscient. En 1920, il établit une seconde topique comprenant elle aussi trois structures, le ça, pouvant s'identifier à l'inconscient, le moi dans lequel émergeraient les fantasmes s'ils n'ont pas été refoulés dans le ça par le surmoi. J. Lacan émettra ensuite de nouvelles perspectives quant au fonctionnement de l'inconscient...

L'hypnose et l'association libre

Ce serait à travers la pratique de l'hypnose que Freud aurait découvert l'existence de processus psychiques inconscients. En effet, la suggestion post- hypnotique lui aurait apporte un argument en faveur de l'existence d'un inconscient. Cette technique consiste à suggérer à une personne en état d'hypnose d'effectuer une action à son réveil (par exemple ouvrir un parapluie qui se trouve dans la pièce). On lui demande aussi d'oublier tout ce qui a été dit pendant cette séance d'hypnose. À son réveil, la personne va aussitôt exécuter la consigne et ouvrir le parapluie. Quand on lui demande les raisons qui l'ont conduites à ouvrir le parapluie, la personne va toujours invoquer d'autres raisons : «je ne sais pas» ou «pour voir s'il fonctionne bien»... cette expérience démontre qu'un sujet peut agir à son insu sans en comprendre les motifs. Cela accréditerait (pour les psychanalystes) la présence d'un inconscient.

Quand Freud abandonne l'hypnose et invente la technique d'association libre, il aurait (selon lui) aboutit aux mêmes conclusions. Dans l'objectif de démontrer l'existence d'un inconscient chez tout homme, Freud cherche à relever des faits qui pourraient être reconnus comme des indices en faveur de cette hypothèse. Il souhaite prouver que l'inconscient est le propre de l'homme «normal». Selon lui, certains actes sont inexplicables si on ne suppose l'existence d'une vie psychique inconsciente.

Parmi ces phénomènes, il y aurait le rêve, les actes manqués et les mots d'esprit. Dans le rêve, le mot d'esprit ou les actes manqués, ce serait les lacunes ou les malformations du discours qui renseigneraient sur des désirs inconscients. Les psychanalystes peuvent par conséquent dire que : l'inconscient dénote tout ce qui n'est pas conscient pour un sujet, tout ce qui échappe à sa conscience spontanée et réfléchie. Reste que parmi eux, énormément diront que ceci est une définition pré-freudienne de l'inconscient, car Freud comme il le montre pour le rêve ne se préoccupe pas des processus dit cognitifs sub-conscients (comme la résolution d'un problème au cours du sommeil). L'inconscient pour Freud, serait avant tout quelque chose qui aurait à voir avec l'interdit, avec le tabou, etc, par conséquent en particulier avec la Loi et sa transgression, avec le désir. Mais les psychanalystes peuvent dire aussi que l'inconscient c'est à l'endroit où ça pense, et en particulier à l'endroit où ça désire selon une certaine logique, absurde et bizarre, sans qu'on le sache.

Les mécanismes de l'inconscient

Il s'agirait un travail de «compression» dont Freud dit qu'il est différent d'un simple résumé. A titre d'exemple, une personne pourrait soudain revêtir l'apparence d'une autre et prendre le caractère d'une troisième. Il serait envisageable de voir la condensation à l'œuvre dans le symptôme et d'une façon générale dans les diverses formes de productions de l'inconscient (lapsus, oublis... ). Mais c'est dans le rêve qu'elle serait la mieux mise en évidence.

C'est le procédé par lequel un trait secondaire ou un détail insignifiant dans le récit prendrait dans l'interprétation psychanalytique une valeur centrale. Il n'y aurait pas de correspondance entre l'intensité psychique d'un élément donné du contenu manifeste et celle des éléments du contenu latent auquel il est associé.

L'idée d'un appareil psychique

L'idée d'une «topique» psychique est présente dans la pensée de Freud dés 1895. Il élabore un appareil psychique constitué de dispositifs doués de fonctions différentes et disposés dans un certain ordre les uns comparé aux autres. On peut les considérer comme des lieux (topos =lieu en grec) .

Système de l'inconscient selon la première topique

Il y a trois dispositifs décrits par Freud dans sa première topique :

Système de l'inconscient selon la seconde topique

Freud restera fidèle à sa conception de la théorie première de l'appareil psychique. Il va cependant introduire la seconde topique en 1923. Cette seconde topique se superpose à la précédente et introduit trois nouvelles instances : le ça, le Surmoi et le Moi.

L'inconscient selon Jacques Lacan

L'apport du controversé Jacques Lacan est le suivant : l'inconscient ne serait pas qu'un ensemble «structuré comme un langage» (selon sa formule) mais, il parle aussi, dans les symptômes par exemple, il parle à un locuteur présumé, qu'il appelle le grand autre (noté Autre). Ce supposé, sujet de l'inconscient, ne fait pas que parler, comme Freud l'a énoncé, ça désire aussi à l'endroit où on ne sait pas, à l'endroit où est l'insu, l'unbewusst. Néanmoins ce qui caractériserait au mieux l'inconscient serait la scission et le conflit qu'il convoquerait à l'endroit où l'homme verrait une unité moïque avec quelques obscurités à l'intérieur. Freud fait du sujet cartésien une particularité du psychisme perdu au milieu de l'arbitraire et du chaos de processus primaires et obligé d'y apporter légèrement de sens. Cette scission de l'inconscient serait quasi consubstantielle à l'existence d'une loi par là révélée (qu'on pourra nommer interdit de l'inceste accessoirement, interdit de la jouissance, ... ). Elle serait universelle et relative parce que, nous dit Lacan, liée aux effets du langage sur l'homme et peut par conséquent prendre différentes formes. Cette scission amenée par le langage permetrait aussi la parole, mais également la distinction entre moi et l'autre, entre réalité psychique et réalité physique elle est par conséquent constitutive de la psyché, dans sa forme «névrotique-standard».

Les emprunts à la linguistique par la psychanalyse permettent d'ailleurs à Lacan de résoudre l'impasse mentionnée plus haut d'un conscient inconscient. Elle se résout dans la plurivocité de la langue. Aussi un «signifiant» ne possède-t-il aucun signifié et aucune référence stables et déterminées. Ainsi le mot «signifiant» n'a-t-il pas le même signifié que le «signifiant», disons saussurien (puisque pour commencer, Lacan en inverse la place). La conclusion étant qu'on ne peut échapper à l'inconscient, que toute analyse est interminable et qu'on sait rarement ce qu'on dit...

Inconscient : personnel, collectif et spirituel selon Carl Gustav Jung

L'inconscient est aussi un concept de la psychanalyse jungienne, ou psychologie analytique. Dans ce cadre il a sa définition propre. Ici, l'inconscient se composerait d'un inconscient personnel, d'un inconscient collectif et d'un inconscient spirituel qui nous préviendrait de dangers et trouverait la solution de certains conflits. Jung donne des exemples de rêves qui auraient une fonction d'avertissement (Jung C. G. L'homme à la découverte de son âme, 1987, Albin Michel, Paris, p. 219 et 261).

Article détaillé : psychologie analytique.

«La complexité de la psychanalyse jungienne tient au fait que l'ensemble des instances psychiques sont en étroites relations les unes avec les autres. Décrire isolément un concept donne de lui une vision nécessairement partielle car ne tenant compte ni des rapports dynamiques avec les autres instances ni de la totalité du dispositif psychique. Tout est lié, tout est en mouvement.» in La psychanalyse jungienne, Collection Essentialis, ED. Bernet-Danilot, Avril 2002

Même si un concept d'inconscient était déjà utilisé depuis Leibniz, c'est-à-dire depuis le XVIIe siècle, le concept moderne d'inconscient, peut être attribué à Freud. Ce dernier l'a appliqueé à des cas individuels et a découvert des méthodes d'investigation pour des patients atteints de troubles psychiques. Le point de vue de Sigmund Freud se rapporte à l'idée d'un inconscient individuel et il s'est , à ce sujet aussi, opposé à l'idée du suisse Carl Gustav Jung d'un inconscient collectif. Cette idée a été développée par Jung. Tout d'abord proche de la psychanalyse freudienne, il a ensuite créé sa propre école de psychologie analytique.

Inconscient spirituel selon Victor Frankl

Frankl décrit l'homme comme "une totalité physique-psychique-spirituelle" et reproche à Freud d'avoir diminué l'homme à sa partie basse. Il considère la dimension spirituelle comme une composante innée de la nature humaine et pose lui aussi l'hypothèse d'un inconscient spirituel. L'objectif de toute psychothérapie est d'aider le patient à retrouver "sa force intérieure en le poussant vers un but à poursuivre" (1988, Découvrir un sens à sa vie, Les Éditions de l'homme, Montréal, p. 88). La force intérieure c'est l'esprit, le courage, c'est redonner le goût de vivre au patient. Il montre que nous avons des raisons de vivre cachées et qu'il n'y a pas que les pulsions à sonder. Pour lui la dépression est une maladie de l'esprit avant d'être un trouble du narcissisme. L'esprit c'est la liberté, c'est par la force de son esprit que l'homme peut lutter contre tous ses déterminismes.

Voir aussi

Liens connexes

Bibliographie de Sigmund Freud

Autres auteurs

Auteurs critiques

Films traitants de l'inconscient

Notes et références

  1. Lionel Naccache, Le nouvel inconscient, Odile Jacob (2006) (ISBN 978-2-7381-1828-8)

Annexes

Liens externes

Podcast de l'article


Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Inconscient.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu