Humanisme de la Renaissance

L'humanisme est un mouvement de pensée européen au cours de la Renaissance, qui se définit par un retour aux textes antiques, comme modèle de vie, d'écriture et de pensée.



Catégories :

Humanisme - Courant philosophique - Philosophie de la Renaissance - Philosophie occidentale

Recherche sur Google Images :


Source image : twenga.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • L'humanisme de la Renaissance est un humanisme avant tout chrétien, ... et des générations d'érudits réveilleront des textes poussiéreux oubliés dans des ... (source : renaissance-france)
  • L'humanisme de la Renaissance est un humanisme avant tout chrétien, ... Les Humanistes de la Renaissance sont des hommes de science et d'étude, ... (source : ed4web.collegeem.qc)
  • Que l'humanisme de la Renaissance est une culture morale et une philosophie.... Pour les distinguer de leurs pères nous les appelons humanistes dévots.... (source : abbaye-saint-benoit)

L'humanisme est un mouvement de pensée européen au cours de la Renaissance, qui se définit par un retour aux textes antiques, comme modèle de vie, d'écriture et de pensée. Le terme est constitué sur le latin : au XVIe siècle, l'humaniste s'occupe d'humanités, studia humanitatis en latin, désignant principalement les lettres latines et grecques. Plus beaucoup, le terme humanitas est pris dans le sens cicéronien et représente «la culture qui, parachevant les qualités naturelles de l'homme, le rend digne de ce nom[1]».

C'est avec Pétrarque (1304-1374) que naît en Italie le mouvement humaniste. Le poète débute par recueillir les inscriptions sur les vieilles pierres de Rome et poursuit dans les manuscrits sa quête des Anciens. Il retrouve ainsi des lettres de Cicéron, ressuscite un écrivain statufié par les écoles. Il s'illustre aussi en détectant un faux document au profit de son souverain. Lorenzo Valla (1407-1457), lui aussi traque la vérité historique, préconisant l'étude philologique des textes et le retour à la pureté classique. Parti d'Italie, le courant humaniste rayonne dans toute l'Europe.

Les conditions de l'apparition de l'humanisme

Au départ, le terme humaniste vient de l'italien umanista, le professeur qui enseigne les «humanités», c'est-à-dire la grammaire et en particulier la rhétorique latines et grecques. Cette acception remonte à l'éducation antique et médiévale.

Avec la chute de l'Empire byzantin en 1453 et la prise de sa capitale Constantinople, une nouvelle ère débute qui voit renaître la pensée humaniste. Un siècle avant la fin de l'Empire romain d'Orient, des Grecs érudits étaient venus en Italie et donnèrent des cours de grec à Florence. Le concile de Ferrare Florence, où échoua la tentative de rapprochement des Églises latine et orthodoxe, fit venir en Italie de grands érudits, comme le cardinal Bessarion. Après la chute de Constantinople, de nombreux érudits se réfugièrent en Italie, emmenant avec eux leur savoir et des ouvrages. Des chaires de grec sont créées progressivement dans ou à côté des universités. Ces érudits jouent un rôle dans le développement de l'humanisme au sens de l'étude des textes de l'Antiquité gréco-latine, liée au progrès de la philologie et de l'édition des textes, autre activité de ces humanistes.

La diffusion des textes est favorisée par le développement de l'imprimerie, mise au point vers 1455 par Johannes Gutenberg à Mayence. Le nombre de livres mis en circulation augmente et des ouvrages à moindre coûts sont imprimés dès le début du XVIe siècle. En décalage de plus de cinquante ans, les humanistes perfectionnent les méthodes d'édition des textes antiques, par l'utilisation de la collation, de la comparaison entre manuscrits, et la discussion lancée dès 1480 sur les mérites comparés de la correction ope ingenii et de la correction ope codicii fait rage tout au long du siècle suivant. De nouveaux métiers apparaissent, liés à l'enseignement, l'édition ou la réflexion sur la vie sociale. Des artistes s'inspirent de ces nouvelles idées. Le mouvement se diffuse sur tout le continent aux XVe et XVIe siècles à travers ce qu'on nomme la République des Lettres, née elle aussi avec retard, et grâce aux nouveaux lieux de sociabilité et d'émulation que sont les Académies, nées en Italie.

Le terme humaniste est aussi utilisé dans un sens tout différent : il sert à désigner un courant culturel, philosophique et politique qui propose un «modèle humain» défini comme synthèse des qualités intellectuelles, sociales, affectives, caractéristiques de la «nature humaine». L'humanisme est un courant de pensée parfaitiste et optimiste qui place l'Homme au centre du monde, et honore les valeurs humaines.

Pris au sens large moderne, le terme humanisme peut recouvrir différentes idéologies antagonistes postérieures aux humanistes de la Renaissance : philosophie des Lumières, libéralisme et marxisme surtout.

Humanisme et langage

Les humanistes sont passionnés par les civilisations anciennes, romaine et grecque, mais également araméenne et proche orientale. Ils entreprennent d'éditer et de traduire l'ensemble des textes antiques à partir des témoins subsistants, pour certains redécouverts (comme Quintilien par Le Pogge) ou trouvés dans l'ancien Empire romain d'Orient à l'occasion de campagne d'acquisitions : la Bible, directement traduite de l'hébreu ou de l'araméen, les auteurs grecs qui forment la base des études et qu'on traduit à nouveau pour ceux qu'on lisait déjà en latin scolastiques[2]. Ils réfléchissent sur les textes, reprennent les mythes et les légendes en les chargeant de nouvelles significations, écrivent des œuvres littéraires et scientifiques, deviennent des éditeurs. Érasme critique le «langage barbare», c'est-à-dire le mauvais latin des scolastiques, leur ignorance des lettres et des langues. Après une période où la Bible est traitée comme les autres textes anciens (avec par exemple l'édition des Psaumes à Paris dans plusieurs versions anciennes par Henri I Estienne), les théologiens s'opposent à la traduction par Érasme du grec au latin du Nouveau Testament et progressivement au travail des humanistes sur les textes saints, y voyant un relativisme dangereux.

Érasme écrit dans les Antibarbares que seule la culture liée aux textes anciens est à même de transformer des sauvages ou des «hommes de pierre» en personnes civilisées et de mœurs honnêtes : seule la maîtrise du latin et du grec sert à faire un honnête homme. Les études sur le langage permettent aux humanistes de mettre fin à l'explication surnaturelle de la diversité des langues, à savoir le mythe de la tour de Babel.

Humanisme et éducation

La pédagogie est pour les humanistes du XVe et du XVIe siècle un domaine spécifiquement important. Il faut que l'enfant soit constitué d'une manière continue et progressive, de sa naissance à l'âge adulte, et même au-delà pour devenir un homme conforme à l'idéal professé par les humanistes. Le milieu spécifique de l'homme, c'est le monde de la culture et non de la nature. Mais pour l'enseignement les humanistes s'opposent au "dressage" respectant les traditions où coups, sévices, supplices sont monnaie courante. À ce sujet Érasme déclare en 1529 «Il faut former les enfants à la vertu ainsi qu'aux lettres dans un esprit libéral et cela dès l'apparition». Il s'oppose aux châtiments corporels dans l'enseignement : «Ce genre de formation, d'autres l'approuvent, moi, je ne pousserai jamais à faire ainsi quiconque voudra que son enfant soit éduqué dans un esprit libéral […] Il est vrai que la méthode ordinaire est plus économique car il est plus facile à un seul de contraindre plusieurs par la crainte que d'en former un seul dans la liberté. Mais ce n'est rien de grand de commander à des ânes ou à des bœufs. C'est former des êtres libres dans la liberté qui est à la fois complexe et particulièrement beau. Il est digne d'un tyran d'opprimer des citoyens dans la crainte, les maintenir dans le devoir par la bienveillance, la modération, la sagesse, cela est d'un roi… [2]». Guarino à Venise, Ferrare ou Vérone, Victorin de Feltre à Mantoue, proposent une nouvelle pédagogie où le sport et les jeux de plein air sont tout autant à l'honneur que le latin, la rhétorique et la Bible[3].

Rabelais dénonce dans Gargantua, l'éducation respectant les traditions avec son dogmatisme religieux qui n'admet aucune évolution puisque fondée sur des préceptes divins. Il critique sa sévérité et son oubli du corps[4]. L'humanisme pédagogique s'oppose à l'enseignement scolastique en imposant l'étude des lettres latines et grecques dans leurs textes «authentiques». Les idées humanistes en matière d'éducation aboutissent à la création de nouvelles écoles dans toute l'Europe où est constituée la nouvelle élite administrative des États : Deventer aux Pays-Bas ou de Saint-Paul de Londres, du Corpus Christi College à Oxford, le Gymnase strasbourgeois de Sturm, le Collège trilingue de Louvain (latin, du grec et de l'hébreu) [3]. François Ier fonde le Collège des lecteurs royaux, à l'instigation de Guillaume Budé, dans l'objectif de faire prévaloir cette pédagogie fondée sur l'étude des «humanités» antiques.

Humanisme et sciences

Tout occupés qu'ils sont à l'étude des textes anciens ainsi qu'à la formation de l'homme, les humanistes négligent presque tous la culture scientifique et même les langues modernes. Les humanistes ne s'intéressent guère aux grands voyages de découvertes aux divers travaux mathématiques, anatomiques ou astronomiques de leur époque. Érasme pense que les connaissances scientifiques des Anciens sont beaucoup suffisantes pour la formation intellectuelle de l'élite conçue pour la direction des affaires de l'État.

Ceci explique pourquoi principale découverte scientifique et philosophique du XVIe siècle, l'héliocentrisme, qui renverse la cosmologie aristotéliciennes, passe environ inaperçue chez la majorité des grands lettrés de l'époque.

De même, après la découverte du Nouveau Monde et les expéditions de Gama dans l'océan Indien, les intellectuels d'Europe mettent du temps à percevoir que la dimension de l'Univers avait changé et , avec elle , celle de l'homme.

Humanisme et religion

Les humanistes prônent valeurs morales et intellectuelles contenues dans la littérature gréco-latine et leur adaptation à des besoins nouveaux. Par conséquent certains scolastiques les accusent de paganisme. Ils rejettent le grec comme la langue des schismatiques orthodoxes, et l'hébreu comme celle des juifs. Pour les humanistes, la philosophie grecque a préparé le monde à la religion chrétienne, celle de l'Évangile, des Épîtres de saint Paul et des Pères de l'Église.

Érasme est un des plus fervents partisans de l'humanisme chrétien. Il fait la conjonction entre la religion et la liberté dans son ouvrage de 1503, Enrichidion militis christiani. À une religion basée sur un ritualisme sans âme et des obligations comme la messe dominicale, il oppose une religion de l'homme s'adressant directement à Dieu[5]. À sa suite, l'humanisme chrétien touche exclusivement les pratiques ecclésiastiques, et non pas la religion. À ce titre, les humanistes sont en partie à l'origine de la Réforme protestante du XVIe siècle introduite par Martin Luther en Allemagne et Jean Calvin à Genève. En 1524, Érasme se lance dans une controverse avec Luther en publiant Essai sur le libre-arbitre. Le réformateur allemand y répond par l'Essai sur le serf-arbitre. Les débats portent sur la liberté de l'homme et la manière dont ce dernier l'utilise face à la Grâce divine[5].

Humanisme et politique

Les humanistes sont généralement pacifistes et cosmopolites. Même lorsqu'il s sont au service d'un prince, comme Guillaume Budé, ils font passer leurs impératifs moraux avant les considérations politiques. Érasme, quant à lui, est un temps conseiller de Charles Quint. En 1516, il rédige L'Institution du prince chrétien. Il y loue la notion de bien commun dans un État où le devoir du peuple est mis en parallèle avec celui du prince[5]. Quelquefois ils envoient des lettres ou dédient leurs ouvrages à un souverain pour essayer d'exercer une influence salutaire sur leurs décisions politiques. Ils proposent volontiers des réformes politiques comme Érasme dans L'Éloge de la Folie en 1511, Thomas More dans l'Utopie en 1515-1516, Rabelais dans Gargantua en 1534.

Notes et références

  1. Selon Cicéron, par exemple dans Pro Sexto Roscio Amerino, § 63, en 80 av. J. -C.  : Magna est enim uis humanitatis...
    «En effet, les droits de l'humanité sont bien puissants ; les liens du sang ont une grande force ; la nature elle-même repousse ces horribles soupçons. C'est assurément le plus monstrueux de l'ensemble des prodiges, qu'un être revêtu de la forme humaine soit assez féroce pour ravir la lumière à qui lui donna le jour, alors que les monstres des forêts s'attachent par instinct aux animaux qui leur ont donné la vie et la nourriture.» (trad. sous la dir. de Désiré Nisard, 1840, II, p. 39-40). Voir plus de références latines dans le Gaffiot, 1934, p. 757.
  2. Marc Durand, «De la scolastique à l'humanisme. Généalogie d'une révolution idéologique : L'éducation corporelle de Gargantua», Staps, n°65, 2004/3, p. 43-59.
  3. Jean-Claude Margolin, Article Humanisme, Encyclopædia Universalis, DVD 2007
  4. Rabelais, 1534, ch. XV-XVI.
  5. Michel Péronnet, Le XVIe siècle, Hachette, coll. «U», 1981, p. 119.

Voir aussi

Bibliographie

Pour l'étymologie

Liens externes

DavidMichelAnge.jpg

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Humanisme_de_la_Renaissance.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu