Hécaton de Rhodes

Hécaton de Rhodes est un philosophe stoïcien.



Catégories :

Philosophe hellénistique - Stoïcisme - Courant philosophique

Recherche sur Google Images :


Source image : nouvelles-philosophiques.blogspot.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... Cittium selon Susemihl ; Crönert a proposé de l'identifier avec Hécaton de Rhodes..... selon les meilleurs manuscrits du livre VII de Diogène Laërce.... (source : rspa.vjf.cnrs)
  • Nous avons déjà dit qu'Hécaton de Rhodes était un Stoïcien du IIe siècle, ... des dits de Diogène : le livre du Stoïcien Proclus de Mallos en Cilicie.... (source : books.google)
  • Hécaton de Rhodes Il faut croire qu'il y a de plus en plus de pauvres et que cela n'est ... Diogène, à Alexandre le Grand...  :fou : "A vaincre sans barril, ... (source : forum-discussions)

Hécaton de Rhodes (floruit au début du Ier siècle av. J-C) est un philosophe stoïcien.

Disciple de Panétius de Rhodes[1], Hécaton est l'auteur d'un certain nombre d'ouvrages philosophiques qui ont pu influencer Cicéron et Sénèque. De ces ouvrages, aucun n'a été conservé, mais grâce à Diogène Laërce, on a pu en identifier sept. Outre de nombreuses occurrences de Hécaton chez Diogène, et une pour Cicéron, Hécaton est aussi cité dans trois des premières lettres à Lucilius et le De Beneficis de Sénèque


Biographie

Une notice biographique lui avait été consacrée par Diogène Laërce, au livre VII des Vies et doctrines des philosophes illustre, cependant la partie finale de ce livre ne nous est pas parvenue, de telle sorte qu'aucune donnée biographique sur ce philosophe ne nous a été transmise depuis l'antiquité. Tout au plus sait-on, grâce au De officiis de Cicéron nous indiquant que Hécaton avait dédié un de ses ouvrages à Quintus Ælius Tubero, ce qui implique qu'il aurait séjourné à Rome, et aurait certainement fréquenté le cercle des Scipion[2].

Qui plus est une conjecture élaborée par Comparetti et Gomoll, a voulu identifier Hécaton avec un disciple de Panétius, décédé du vivant de son maître, et mentionné dans l'Index stoïcorum[3], sans qu'aucune preuve ne permette de démontrer cette affirmation. Le cas échéant, il faudrait situer le floruit de Hécaton au IIe siècle av. J-C, et son décès aurait lieu avant -112 av. J-C, date de la mort de Panétius.

Doctrine

L'on sait peu de chose de la doctrine, qui reprenait probablement les principaux thèmes de la doxa stoïcienne. Selon Diogène, Hécaton, démontrait au neuvième livre de Sur les biens que le plaisir n'était pas un bien, et ce en accord avec l'ouvrage de Chrysippe Sur le plaisir. Toujours selon Diogène, il donnait, dans la lignée du Sur la fin d'Apollodore, et de l'Ethique de Chrysippe, une définition des choses qui ne sont ni bonnes ni mauvaises «n'est ni bon ni mauvais, tout ce qui ne profite ni ne nuit, comme vie, santé, plaisir, beauté, force, richesse (bonne) réputation, bonne naissance, et leurs contraires : mort, maladie, souffrance, laideur, faiblesse, pauvreté, mauvaise réputation, basse extraction, et tout ce qui est de cette nature».

Œuvres

Les sept œuvres suivantes, les seules dont le nom soit parvenu jusqu'à nous, sont toutes citées par Diogène Laërce, à l'exception du D'officiis qui ne nous est connu que par Cicéron.

Selon Pohlenz, on pourrait adjoindre une huitième œuvre :

Citations

«C'est des hommes que j'ai nommé, pas des ordures», dit de Diogène, rapporté par Hécaton au premier livre des Chries[9].

«Il est d'un sage d'avoir souci de son propre avoir sans rien faire de contraire aux coutumes, aux lois ainsi qu'aux institutions en vigueur. Ce n'est pas uniquement pour nous-mêmes que nous voulons être riches, c'est pour nos enfants, nos proches, nos amis et en particulier dans l'intérêt de l'État. Les ressources, les fortunes des spécifiques font la richesse de la cité», extrait du Sur les devoirs, rapporté par Cicéron[10]

Bibliographie

Références

  1. Cicéron, De officiis III, 15, 63
  2. Dictionnaire des philosophes antiques, III, page 526, notice Hécaton de Rhodes rédigée par Richard Goulet, CNRS, 2000
  3. Index Stoïcorum col. 72
  4. D. L. VI 4 & D. L. VI 95
  5. D. L. VI 32
  6. D. L. VII 26
  7. D. L. VII 103
  8. Pohlenz, Die stoa, II, 123
  9. D. L. VI 32
  10. D'officiis, 15, 63

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9caton_de_Rhodes.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu