Gilles Deleuze

Gilles Deleuze est un philosophe français né à Paris le 18 janvier 1925 et mort à Paris le 4 novembre 1995. Des années 1960 jusqu'à sa mort, Deleuze a rédigé de nombreuses œuvres philosophiques particulièrement influentes, sur la philosophie, la littérature, le cinéma...



Catégories :

Naissance à Paris - Philosophe français - Philosophe du XXe siècle - Philosophe athée - Historien de la philosophie - Historien de la philosophie moderne - Historien de la philosophie allemande - Philosophie de l'information - Philosophie continentale - Courant philosophique - Enseignant de l'Université Paris VIII - Lauréat du Grand Prix de Philosophie - Prix philosophique de l'Académie française - Prix philosophique en France - Philosophie occidentale - Pensée postmoderne en France - Critical theory - Décès par suicide - Suicide par précipitation - Gilles Deleuze - Naissance en 1925 - Décès en 1995

Recherche sur Google Images :


Source image : lmsi.net
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Gilles Deleuze, Deleuze Gilles - Philosophe français. Découvrez la biographie de Gilles Deleuze, mais aussi des anecdotes, des citations de Gilles Deleuze, ... (source : evene)
Gilles Deleuze
Philosophe occidental
Philosophie contemporaine
Deleuze11g.jpg
Naissance : 18 janvier 1925 (Paris)
Décès : 4 novembre 1995 (Paris)
École/tradition : métaphysique continentale
Principaux intérêts : philosophie, politique, psychanalyse, esthétique (cinéma, littérature, peinture)
Idées remarquables : Corps-sans-organes, déterritorialisation / reterritorialisation, devenir, événement, ligne de fuite, plan d'immanence, personnage conceptuel, rhizome
Œuvres principales : Différence et répétition, Logique du sens, Logique de la sensation, Qu'est-ce que la philosophie ?
Influencé par : Stoïcisme, Lucrèce, Duns Scot, Spinoza, Leibniz, Hume, Sade, Carroll, Nietzsche, Bergson, Proust, Blanchot, Simondon, Guattari
A influencé : Félix Guattari, Éric Alliez, Alain Badiou, Alexander Bard, Barbara Cassin, Jean-Clet Martin, Toni Negri, Frédéric Neyrat, Peter Sloterdijk, Michel Onfray, André Scala, Arnaud Villani, François Zourabichvili, Jean Baudrillard, Miguel Benasayag, Richard Pinhas, Ollivier Pourriol

Gilles Deleuze est un philosophe français né à Paris le 18 janvier 1925 et mort à Paris le 4 novembre 1995. Des années 1960 jusqu'à sa mort, Deleuze a rédigé de nombreuses œuvres philosophiques particulièrement influentes, sur la philosophie, la littérature, le cinéma et la peinture.
Initialement perçu comme un historien de la philosophie, Deleuze se révèle vite un créateur en philosophie : il s'intéresse surtout aux rapports entre sens et non-sens (à partir de l'œuvre de Caroll), et propose une métaphysique originale, du multiple (dans le sillage de Bergson), de la différence (nietzchéisme) et de l'immanence (spinozisme). Ses œuvres principales, Différence et répétition (1968), Logique du sens (1969), L'Anti-Œdipe (1972) et Mille plateaux (1980) (ces deux dernières co-écrites avec Félix Guattari), eurent un retentissement certain dans les milieux universitaires occidentaux et furent particulièrement à la mode des années 1970 aux années 1980. La pensée deleuzienne est quelquefois associée au post-structuralisme.

Biographie

Comme Gilbert Simondon, à qui il dit dans Logique du sens devoir une partie principale de son appareil conceptuel, il fait entre 1944 et 1948 ses études de philosophie à la faculté des lettres de l'université de Paris, où il fait la connaissance de Michel Butor, François Chatelet, Claude Lanzmann, Olivier Revault d'Allonnes, Michel Tournier. Ses professeurs sont Ferdinand Alquié, Georges Canguilhem, Maurice de Gandillac, Jean Hyppolite.

Devenu professeur agrégé en 1948 — comme Simondon à nouveau —, il enseigne au lycée d'Amiens, puis au lycée Pothier d'Orléans et au lycée Louis le Grand. Il obtient un poste d'assistant à la faculté des lettres de l'université de Paris en 1957 et se consacre alors à l'histoire de la philosophie. En 1960, il devient attaché de recherche du CNRS, puis en 1964, il est chargé d'enseignement à la faculté des lettres de l'université de Lyon.

En 1969, c'est-à-dire douze ans après la thèse de Simondon sur l'«individuation» qui l'influença tant et qui parut pour moitié en 1964, Deleuze obtient à son tour à l'université de Paris le doctorat ès lettres avec comme thèse principale, Différence et répétition (directeur Maurice de Gandillac)  ; et comme thèse secondaire, Spinoza et le problème de l'expression (directeur Ferdinand Alquié).

La même année, c'est la rencontre avec Félix Guattari[1] ; suivra entre eux une longue et fructueuse collaboration[2]. C'est une de ses influences décisives, avec Simondon, Spinoza, Nietzsche, Bergson et Leibniz.

Nommé alors maître de conférences à l'Université Paris-VIII, puis professeur, il y enseigna jusqu'à sa retraite universitaire en 1987. Gilles Deleuze fut, de l'avis largement, un professeur extraordinaire. Comme dans ses ouvrages d'histoire de la philosophie, il parvenait, selon ses partisans, à conjuguer la rigueur et l'érudition de l'universitaire à la plus grande imagination conceptuelle, le tout en des termes simples. Ses cours connurent un grand succès, attirant un public nombreux, international et diversifié. Grâce à sa femme, Fanny Deleuze, une partie importante de cet enseignement est disponible, transcrit à la lettre, sur le site de Richard Pinhas[3].

«Un jour, peut-être, le siècle sera deleuzien.» Tel fut le sentiment de Michel Foucault à l'égard d'un philosophe qui marqua profondément la pensée de la fin du XXe siècle. On demanda à Deleuze comment il interprétait cette phrase ; il répondit que Foucault pensait probablement qu'il représentait l'expression la plus pure de la pensée de la différence, car il en était l'expression purement conceptuelle, c'est-à-dire ni historique (comme Michel Foucault), ni critique (comme Roland Barthes, par exemple), etc.  : «il voulait probablement dire que j'étais le plus innocent, le plus philosophe».

Atteint d'une grave maladie respiratoire, Gilles Deleuze s'est suicidé le 4 novembre 1995. «Ce sont [les] organismes qui meurent, pas la vie[4].». Il est enterré à Saint-Léonard-de-Noblat, en Haute-Vienne.

Il est le père d'Émilie Deleuze, réalisatrice française, et de Julien Deleuze, traducteur de l'anglais.

Philosophie

Histoire et devenir de la philosophie

Ses premières œuvres, écrites sur des philosophes (Hume, Kant, Nietzsche, Bergson) et des écrivains (Proust, Sacher-Masoch), sont rapidement reconnues comme des ouvrages de référence. Toutes témoignent d'un effort pour saisir ce qu'il y a d'essentiellement nouveau chez chacun de ces auteurs. En développant ces apports historiques, Deleuze pose aussi les jalons d'un dispositif philosophique axé sur la production du nouveau (ou création), et qui célèbre ainsi la vie. Il tente d'élaborer un «empirisme transcendantal». Sa thèse, avec d'une part Différence et répétition, qui élabore une conception neuve de la différence (comme première et non pensée sur fond de semblable), et d'autre part Spinoza et le problème de l'expression, qui élabore la conception d'une vie tout entière immanente (où Dieu et l'être ne font qu'un), marque une avancée décisive dans le déploiement de cette philosophie. (à continuer)

Pour Deleuze, «la philosophie est l'art de former, d'inventer, de fabriquer des concepts» (Qu'est-ce que la philosophie ?), chose dont il ne s'est jamais privé. Il assure que la philosophie ne s'adresse pas qu'aux spécialistes, et on peut dire de lui ce qu'il disait de Spinoza : n'importe qui est capable de le lire, et d'en tirer de grandes émotions, ou de renouveler totalement sa vision, même s'il en comprend mal les concepts. Inversement, un historien de la philosophie qui n'en comprend que les concepts n'a pas une compréhension suffisante.

«Il faut les deux ailes, comme disait Jaspers, ne serait-ce que pour nous emporter philosophes et non-philosophes vers une limite commune.»

— Pourparlers, p. 225

Dans l'Abécédaire, il raconte que ce qui lui a le plus fait plaisir, dans le courrier qu'il a reçu après la publication du Pli, ce n'étaient pas les lettres d'universitaires, mais celles d'un club d'origamistes et d'un club de surfeurs.

Pour le lecteur, que la lecture soit toute récente ou fort ancienne, Deleuze, c'est toujours un labyrinthe. La lecture trop fraîche le prend pour une «machine à dérouter», on le conçoit ensuite plutôt comme «machine à orienter». C'est à la condition de disposer des segments nécessaires pour re-construire soi-même le principe de ce labyrinthe, pour s'y orienter et d'y orienter le lecteur[5].

Clinique et politique

Le premier concept proposé par Gilles Deleuze est celui du plan de consistance, qu'il rejettera ensuite au profit de celui de plan d'immanence.

La philosophie de Deleuze est celle d'une immanence absolue. Pas de transcendant, pas de négation, pas de manque, mais un «complot d'affects», une «culture de la joie», une «dénonciation radicale des pouvoirs»[6]. Une philosophie de la vie et de la pure affirmation, de l'immanence, par conséquent, comme sortie des frontières du sujet :

«En chacun de nous, il y a comme une ascèse, une partie dirigée contre nous-mêmes. Nous sommes des déserts, mais peuplés de tribus, de faunes et de flores. (... ) Et toutes ces peuplades, toutes ces foules, n'empêchent pas le désert, qui est notre ascèse même, au contraire elles l'habitent, elles passent par lui, sur lui. (... ) Le désert, l'expérimentation sur soi-même, est notre seule identité, notre chance unique pour l'ensemble des combinaisons qui nous habitent.»

— Dialogues, p. 18

La philosophie de Deleuze croise ici une première fois les intérêts de Foucault, ceux pour la folie. Tous deux pensèrent en effet sérieusement à la folie ainsi qu'à un dialogue envisageable avec elle . Si Foucault le fit en la prenant comme un objet historique complexe dont il lut la genèse comme l'envers et la condition non-indispensable de notre pensée («la pensée de la folie n'est pas une expérience de la folie, mais de la pensée : elle ne devient folie que dans l'effondrement»), Deleuze, à son tour, dans son rapprochement avec Félix Guattari, céda à la tentation de ces parages dans la création de ses propres concepts. Peut-être le «rhizome» est-il l'expression extrême de cela. En fait on peut y penser comme à un rayon X de la pensée du dehors, dans sa logique la plus intime, c'est-à-dire lorsqu'elle est le plus tournée vers le dehors. On trouve en elle l'ouverture d'un désert, la mobilité oubliée, la connectivité errante, la prolifération multidirectionnelle, l'absence de centre, de sujet, d'objet – une topologie et une chronologie qui sont assez hallucinatoires. En bref, on ne trouve pas la carte d'un autre monde mais plutôt l'autre cartographie envisageable de l'ensemble des mondes – ce qui fait exactement de ce monde un autre, nous délivrant des chaînes de la quotidienneté.

«Faire d'un événement, si petit soit-il, la chose la plus délicate du monde, le contraire de faire un drame, ou de faire une histoire.»

— Dialogues, p. 81

Deleuze a sur la fin de sa vie esquissé – second croisement – le prolongement d'une idée de Foucault qui envisageait la fin des sociétés disciplinaires. Gilles Deleuze donne dans deux conférences des pistes de réflexion sur le contrôle en affirmant que Foucault en avait explicitement constitué le concept. Cette assertion fut démentie par de nombreux auteurs ensuite : en effet Foucault n'avait rien publié sur le sujet. Cependant ses cours au collège de France des années 1975-1976, 1976-1977 et 1977-1978 publiés en 2002 font état d'une recherche avancée dans cette direction. Les sociétés de contrôle ou de sécurité sont un troisième temps dans l'histoire des disciplines et succèdent aux sociétés disciplinaires. Le processus de mutation est contemporain selon Deleuze, et remonte selon Foucault au XIXe siècle. L'approche historique de Foucault se démarque ici encore de l'approche conceptuelle de Deleuze[7].

«Le contrôle est à court terme ainsi qu'à rotation rapide, mais également continu et infini, alors que la discipline était de longue durée, illimitée et discontinue... L'homme n'est plus l'homme enfermé, mais l'homme endetté.»

— Pourparlers, p. 246

Cinéma

Action, réaction

L'analyse que Deleuze fait du Cinéma est beaucoup fondée sur l'œuvre d'Henri Bergson, Matière et mémoire. D'un point de vue physiologique et de manière particulièrement simplifiée (mais suffisante dans le cadre présent), la perception humaine suit le schème sensori-moteur suivant :

Le cerveau humain est par conséquent principalement à l'interface entre des actions reçues et des réactions émises. Il fonctionne toujours selon le principe d'action-réaction.

Au contraire de une idée répandue, nos perceptions ne sont pas de simples copies mentales de notre environnement. C'est-à-dire qu'elles ne se résument pas au signal envoyé par les capteurs au cerveau. C'est ce signal sensoriel traité par le cerveau afin d'envisager les réactions envisageables qui forme notre vision. La vision n'est pas l'action reçue, mais la totalité des réponses envisageables à cette action.

Habitude et réflexion pure

Entre l'action et la réaction, il peut s'écouler un laps de temps plus ou moins long.

Dans le cas extrême de l'habitude, la réaction s'enchaîne de manière quasi-instantanée avec l'action. Il ne s'agit pas de réflexe, mais quand une séquence d'action est effectuée fréquemment, l'enchaînement est bien connu, et peut être réalisé rapidement et sans nécessiter de concentration. Ce qui sert à gagner en efficacité, en rapidité et libère le cerveau. Un exemple typique est l'apprentissage de la conduite : en premier lieu éprouvante, elle devient de moins en moins pénible au fur et à mesure que les séquences de mouvements deviennent habituelles. Un autre exemple, sorte d'effet de bord, est l'écoute d'un disque bien connu, quand la fin d'un morceau nous rappelle le début du suivant. La séquence est ici connue par cœur et nous anticipons l'action suivante par habitude.

Mais que se passe-t-il si nous activons la lecture aléatoire ? Le morceau attendu n'est pas joué, remplacé par un autre. Nous sommes perturbés. Et c'est là la limite de l'habitude : elle n'est totalement pas adaptable. Tant qu'on se trouve dans une situation peu courante, l'habitude est complètement inefficace. Il faut alors faire appel à sa mémoire, rechercher dans notre passé des expériences pas trop éloignées, capable de nous éclairer sur le choix à faire dans la situation présente. Il faut réfléchir, et cela prend du temps. Nécessairement, le temps entre l'action reçue et la réaction apportée s'étire. A l'extrême limite, ce temps devient illimitément long : c'est la réflexion pure. L'action ne donne plus lieu à une réaction, le schème sensori-moteur est brisé.

Il s'agit de deux extrêmes et le fonctionnement réel du cerveau oscille en permanence entre les deux. Le choix dépend des besoins du moment et du temps disponible. Si j'ai une décision particulièrement importante à prendre, je vais prendre le temps de réfléchir, prendre le temps d'étudier les divers arguments. C'est le temps indispensable à la réflexion qui décide du moment de la réaction : prendre une décision sensée. Mais si je suis dans mon transat et qu'un ballon arc-en-ciel se dirige vers moi, je vais m'écarter rapidement et renverser le cocktail que je tenais à la main : la réaction est rapide mais pas optimale. Si j'avais eu le temps, j'aurais pensé au cocktail et me serais déplacé différemment. Mais voilà, je n'ai pas eu le temps, le danger était trop imminent. Le temps disponible pour la réflexion est contraint par l'urgence de l'action/réaction.

Image-mouvement, image-temps

Gilles Deleuze illustre la réflexion précédente à travers le cinéma.

De la même manière que le cerveau fonctionne entre deux types extrêmes, on retrouve au cinéma deux grandes images correspondantes. D'un coté l'image-mouvement, qui repose sur le schème sensori-moteur (l'action donne lieu à une réaction). De l'autre l'image-temps, reposant sur la réflexion pure. Dans la première image, l'action décide du temps. Un personnage sort de la pièce - cut - le même personnage est vu en extérieur sortant de chez lui et empruntant la rue. Le plan a été coupé parce que le personnage n'avait plus rien à y faire. C'est l'action (la sortie du personnage) qui arrête le plan et décide de sa durée. Le plan suivant forme la réaction. Le temps dépend de l'action.  : «L'image-mouvement […] nous présente un personnage dans une situation donnée, qui réagit à cette situation et la modifie… Situation sensori-motrice[8].» L'image-mouvement forme une grosse majorité des images que nous voyons, et pas uniquement des films d'actions. Un simple système d'entrevue avec un journaliste et une personnalité, champ sur le journaliste qui pose sa question, contre-champ sur l'interviewé qui y répond, relève de l'image-mouvement pure et simple.

Mais prenons désormais le plan suivant : Un père part pêcher avec son fils qu'il n'a pas vu depuis longtemps. Ils s'installent sur les berges. Le contact est complexe, ils ne disent rien, ils regardent à l'horizon. Cela dure un certain temps, nettement plus long que le temps indispensable au spectateur pour comprendre simplement qu'ils pêchent. Cut. Le plan suivant n'a rien à voir. A titre d'exemple, la mère emmène le fils en voiture à la ville. Il n'y a pas de lien de cause à effet entre les deux plans. On ne saurait pas dire si cela se passe avant ou deux heures plus tard ou le mois suivant. Le fait d'aller pêcher n'a donné lieu à aucune réaction, et si le plan avait duré plus longtemps il ne se serait rien passé de nouveau. La durée du plan n'est plus décidée par l'action, le temps est indépendant de l'action. On ne connaît pas le résultat de la pêche et ça n'a aucune importance. Ce plan fait partie de ce que Gilles Deleuze appelle : «une situation optique et sonore pure». Ce qu'on retrouve dans le «film ballade». On peut penser à Minuit dans le jardin du bien et du mal de Clint Eastwood, Dead Man de Jim Jarmush par exemple.

Historiquement, le cinéma a commencé par utiliser principalement l'image-mouvement. Elle est associée à la logique, à la rationalité. Lors d'un champ-contrechamp entre deux personnages qui se parlent, on n'a pas le choix du moment des coupes : elles suivent les interventions des personnages. À toute question, on attend une réponse cohérente. «On attend», c'est-à-dire qu'on se retrouve dans le cadre de l'habitude, on anticipe non pas nécessairement le contenu de la réponse, mais au moins qu'une réponse va être donnée et on sait par avance qu'elle surviendra à la fin de la question.

Gilles Deleuze situe l'arrivée de l'image-temps après la Deuxième Guerre mondiale : on ne croît plus à ce principe d'action-réaction. La guerre est une action complexe qui nous dépasse, il n'est pas envisageable de réagir, de modifier la situation, de la rendre claire. D'où la naissance de l'image-temps avec le Néo-réalisme italien, puis la nouvelle vague française, et la remise en cause du cinéma hollywoodien aux États-Unis. Les Héros de Federico Fellini (La Dolce Vita) ou de Luchino Visconti (Mort à Venise) sont désenchantés, ils refusent d'agir, de choisir. Et c'est déjà énormément dire qu'ils refusent d'agir. Le schème sensori-moteur se rompt parce que le personnage a vu quelque chose de trop grand pour lui. Deleuze revient constamment sur une image de Europe 51 de Rossellini : la femme passe devant une usine, s'arrête. «J'ai cru voir des condamnés». La souffrance est trop forte pour qu'elle continue sa route «comme d'habitude». L'image-temps vient rompre avec l'Habitude et fait entrer le personnage dans la dimension du temps : «un morceau de temps à l'état pur». Et c'est cela qui intéresse Deleuze pour son propre compte dans la cinéma, à savoir la manière dont l'image cinématographique peut exprimer un temps qui soit premier comparé au mouvement. Ce concept de temps est construit comparé au concept bergsonien de temps et se développe selon deux modalités. Le temps, c'est en premier lieu le temps présent, ici et désormais. Mais, selon une seconde modalité, le temps ne cesse pas de se déployer dans deux directions, passées et futures. C'est pourquoi Deleuze insiste dans son analyse de Visconti sur le «trop tard». Dans Mort à Venise, l'artiste comprend trop tard ce qui a manqué à son œuvre. Tandis qu'il est ici et désormais en train de pourrir, de se décomposer au présent, le personnage comprend en même temps, mais comme dans une autre dimension, dans la lumière aveuglante du soleil sur Tadzio, que la sensualité lui a toujours échappée, que la chair et la terre ont manqué à son œuvre.

Cette conception de l'image-temps amène Deleuze à poser l'assertion suivante : «l'image de cinéma n'est pas au présent». En effet, si le temps ne cesse pas d'insister, de revenir sur lui-même, et de former une mémoire en même temps qu'il passe, alors ce que nous montrent les films, ce sont des zones de la mémoire, des «nappes de passé», qui dans certains cas se concentrent et convergent dans des «pointes de présent». A cet égard, Orson Welles est bien un des plus grands réalisateurs modernes comme il a saisi cette dimension mnésique de l'image. Citizen Kane est un film construit en mémoire, où chaque section, chaque zone apparaît comme une couche stratifiée qui vient converger ou diverger avec d'autres zones. Chaque «nappe de mémoire» apparaît grâce à l'utilisation de la profondeur de champ faite par Welles : celle-ci, à l'image du temps lui-même, permet d'agencer, dans la même image différents mouvements, différents événements qui forment comme un monde à soi, à l'image du souvenir proustien, duquel Deleuze tire l'expression propre de l'image-temps : «un petit morceau de temps à l'état pur».

Tout comme le cerveau oscille entre habitude et réflexion, il est évidemment envisageable de mélanger les deux images. Reprenons notre homme qui sort de chez lui : l'image mouvement voudrait que le cut survienne lorsqu'il passe la porte. Maintenant, la caméra s'attarde une, peut-être deux secondes dans la pièce vide, puis cut, et plan extérieur. L'image-mouvement est pervertie : il y a bien action et réaction, mais le temps ne correspond pas, créant un sentiment de gène : pourquoi la caméra s'attarde-t-elle dans cette pièce vide où il ne se passe plus rien ? Ou alors il y a action et réaction mais la réaction n'est pas logique. Dans Lost Highway de David Lynch par exemple, on remarque l'abondance de plans «trop longs», des espaces sombres et vides, des réponses improbables, des absences de réponses…

Notes et références

  1. Cf. «Deleuze/Guattari : histoire d'une rencontre» par Anne Querrien, Magazine littéraire, n°406, février 2002.
  2. Surtout avec la création de la revue Chimères.
  3. Webdeleuze : cours de Deleuze, en français, anglais, espagnol, etc.
  4. «C'est la puissance d'une vie non-organique, celle qu'il peut y avoir dans une ligne de dessin, d'écriture ou de musique. Ce sont ces organismes qui meurent, pas la vie. Il n'y a pas d'œuvre qui n'indique une issue à la vie, qui ne trace un chemin entre les pavés.»
    Entretien de Gilles Deleuze avec Raymond Bellour et François Ewald : «Signes et événement», dans le Magazine littéraire, 1988, p. 20
  5. Voir, pour l'exemple, les Causeries sur Deleuze par René Schérer (Les Conférences du mardi à la Maison Populaire de Montreuil 2004/2005)
  6. «Se demander si "on aime" Untel ou untel revient à s'interroger sur le plaisir qu'il nous procure. Avec Léo Ferré, il n'y a aucun doute envisageable : le plaisir est immense. Initialement un plaisir abstrait, cérébral. On est happé par le sens des mots. Puis une sensation plus physique qui est un effet du plaisir cérébral et qui parle au corps lui-même. Typiquement on nomme cela la jouissance. Et puis cet homme superbe à qui l'âge ne donne pas, comme on dit bêtement, une "éternelle jeunesse", mais une tonalité de liberté absolue, une grâce insemblable qui va bien au-delà de la vie et de la mort elles-mêmes. Léo Ferré a ce don extrême de dire des choses simples en révélant ses affects et ses expériences dont nous nous sentons les complices. C'est ce qu'[on] devrait montrer : ce complot d'affects, […] cette culture de la joie, cette dénonciation radicale des pouvoirs, ce glissement progressif vers un plaisir qui est le contraire de la mort. Ce que je peux exprimer bêtement par : j'aime Léo Ferré. Non parce qu'il est bête d'aimer Léo Ferré, mais parce que c'est dire bêtement une complicité qui peut mettre l'ordre en péril. Ferré est dangereux parce qu'il y a chez lui une violence (maîtrisée) qui se nomme le courage de dire. Il perçoit partout, dans le monde, dans la vie individuelle, l'inacceptable. C'est un homme de passion habité par la sérénité. C'est un plongeur de l'émotion qui utilise les mots comme des grains de sable dansant dans la poussière du visible.»
  7. Voir son Post-scriptum sur les sociétés de contrôle. Cependant, «si, en fait, il existe une ressemblance aux démarches schizoanalytique de Deleuze-Guattari et généalogique de Foucault, elle serait à chercher du côté d'une même machinerie œuvrant sur des agencements d'objets partielsdésir, pouvoir, corps –, que ceux-ci s'effectuent à des niveaux locaux ou régionaux.» (Stéphane Nadaud, «Généalogie et schizoanalyse», Chimères, n°54/55, 2004)
  8. Cours de G. Deleuze du 31/01/84, voir www. webdeleuze. com

Le vocabulaire de Deleuze

Œuvres

Film

Vidéo

Audio

Voir aussi

Bibliographie critique

Les ouvrages sur Deleuze sont nombreux, en France comme dans le monde anglo-saxon. Parmi eux :

Ouvrages collectifs

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Gilles_Deleuze.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu