Fangxiandao

Fangxiandao, pinyin Fāngxiāndào, Voie des magiciens et des immortels, est un courant magico-religieux chinois réunissant autour de souverains...



Catégories :

Courant taoïste - Taoïsme - Courant philosophique - Histoire de la Chine archaïque - Shandong

Fangxiandao (???), pinyin Fāngxiāndào, Voie des magiciens et des immortels, est un courant magico-religieux chinois réunissant autour de souverains et d'aristocrates des spécialistes de toutes sortes (alchimistes, devins, exorcistes, pratiquants de rituels.. ), avec pour objectifs la poursuite de l'immortalité physique, soutenue par la croyance en l'existence d'immortels vivant dans les îles montagneuses de la mer Jaune ou de la mer de Chine orientale, mais aussi le succès politique ou militaire de ses patrons, grâce à diverses techniques magiques et , à partir de la fin des Royaumes combattants, des théories philosophiques développées à Jixia (Qi), surtout celles du Yin-Yang et des Cinq éléments. Sous Han Wudi, le courant semble avoir intégré certains éléments du huanglao, l'Empereur jaune y devenant une référence importante.

Le Fangxiandao apparaît à l'époque des Royaumes combattants dans les pays de Qi et de Yan, grâce au soutien de souverains comme les rois Wei (??) (r. 356-320 av. J. -C. ) et Xuan (??) (r. 319-301 av. J. C. ) de Qi, et le roi Zhao (??) de Yan (r. 311-279 av. J. -C. ). Il connait deux apogées sous Qin Shihuang et Han Wudi, puis subsiste jusqu'à la fin des Han en s'effaçant progressivement, contribuant de façon importante au taoïsme émergeant. Son nom est la combinaison de fang, premier caractère de fangshi (??), «magicien» ou de fangshu (??), «technique magique», de xian, «immortel», et de dao, «voie».

Les îles des immortels

Les îles des immortels avaient pour nom Penglai (??), Fangzhang (??) et Yingzhou (??). Des expéditions y furent envoyées par des souverains, surtout Qin Shihuang, qui expédia à plusieurs reprises des ambassades quelquefois particulièrement importantes, comme celle de Xu Fu (??) qu'on prétend accompagnée de quelques milliers de garçons et filles vierges, et qui ne revint jamais. L'inutilité de la pratique finit par apparaître clairement et elle fut abandonnée après le règne de Wudi qui, suite à trois expéditions infructueuses, avait d'ailleurs décidé de se contenter de répliques aménagées dans le lac artificiel Taiyichi (???) localisé au nord de son palais. Néanmoins, malgré les déceptions et des trahisons se terminant par l'exécution de certains fangshis, malgré les accusations de charlatanisme portées à leur encontre, [1] la croyance aux immortels ainsi qu'à la vertu des différentes techniques magiques persista, et fut beaucoup adoptée à partir des Han orientaux par les divers courants taoïstes (cinq boisseaux, jindan, etc... ). Les concepts d'immortel, de terre d'immortalité et de technique d'immortalité, enrichis au fil des siècles, sont un élément central du taoïsme.

Fangshis célèbres

Le Livre des sacrifices (???) du Shiji cite Chang Hong (??), conseiller du roi Ling de Zhou (???) (r. 571-544 av. J. C. ), comme le plus ancien magicien connu. À la veille de l'empire, principaux fangshis de Yan étaient Song Wuji (???), Zheng Boqiao (???), Chong Shang (??) et Xian Mengao (???). Les magiciens les plus appréciés du premier empereur Qin étaient Xu Fu (??), Han Zhong (??), mais aussi les dénommés Lu (??), Hou (??) et Shi (??)  ; Lu et Hou désertèrent l'empereur après une expédition infructueuse de recherche d'herbes d'immortalité, entraînant avec eux d'autres collègues qui furent ensuite arrêtés et tués lors du fameux incident connu comme «l'autodafé des ouvrages et l'enterrement des lettrés» (fenshu kengru ????). Ces 460 victimes (selon le Shiji) n'étaient en effet pas toutes - ou pas uniquement - des confucéens comme le prétendra la tradition. [2].

Sous Wudi des Han, on trouve Li Shaojun (???), spécialiste du culte du fourneau alchimique, Gongsun Qing (???), spécialiste des rituels en l'honneur de l'Empereur jaune, Li Shaoweng (???) et Luan Da ou Le Da (??), spirites. Ce dernier surtout jouissait d'un tel prestige qu'il fut appelé général Wuli (????) puis marquis de Letong (???) et épousa une princesse royale, avant de perdre la faveur impériale et d'être exécuté.

Le prince de Huianan, oncle de Wudi, entretenait de nombreux fangshis dont certains contribuèrent à la rédaction de l'encyclopédie Huainanzi. Ses huit principaux conseillers, Su Fei (??), Li Shang (??), Zuo Wu (??), Tian You (??), Lei Bei (??), Wu Bei (??), Mao Bei (??), Jin Chang (??), sont entrés dans la légende taoïste comme «les huit immortels du prince de Huainan».

références

  1. Gu Yong (??) à l'époque de Chengdi, cité dans le Chapitre des sacrifices (???) du Livre des Han (??)
  2. Selon le chapitre Biographies de lettrés (????) du Shiji, «le Shijing et le Shangshu furent brûlés et les spécialistes enterrés» (???,???), ce que confirme le chapitre Biographies des[personnes illustres] de Hengshan et Huainan (??????) «l'empereur Qin tua les spécialistes et brûla le Shijing et le Shangshu» (???,???). La première déclaration faisant clairement des confucéens les seules victimes se trouverait dans le Traité sur le fer et le sel (???) (∼-81) de Sang Hongyang (???), haut fonctionnaire anti-confucéen sous le règne de Zhaodi des Han occidentaux

Voir aussi

Sources

Recherche sur Google Images :



"Fangxiandao - Wikipédia"

L'image ci-contre est extraite du site fr.wikipedia.org

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (70 x 122 - 22 ko - png)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Fangxiandao.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu