Épictète

Épictète, en grec ancien Ἐπίκτητος / Epíktêtos était un philosophe de l'école stoïcienne.



Catégories :

Écrivain romain du Ier siècle - Écrivain romain du IIe siècle - Philosophe romain - Philosophe du Ier siècle - Philosophe du IIe siècle - Stoïcisme - Courant philosophique - Esclave - Naissance en 50 - Date de décès inconnue (IIe siècle)

Écoles de l'Antiquité
École milésienne
École pythagoricienne
Atomisme
École éléatique
Sophistique
Académie
Lycée
Cynisme
Cyrénaïsme
École mégarique
École péripatétique
Scepticisme
Le Jardin d'Épicure
Stoïcisme
Nouvelle Académie
Néoplatonisme
École d'Alexandrie

Épictète, en grec ancien Ἐπίκτητος / Epíktêtos (Hiérapolis, Phrygie, 50Nicopolis, Épire 125 ou 130) était un philosophe de l'école stoïcienne.

Biographie

Epictète est certainement né à Hiérapolis (sud-ouest de la Phrygie). Emmené à Rome, il passe son enfance comme esclave au service de Epaphrodite (un affranchi de l'empereur Néron) dont la tradition fait un maître cruel (il lui aurait cassé la jambe, d'où le surnom donné d'Épictète le boiteux). Il aurait prévenu son maître en disant "tu vas me casser la jambe" sans plus de plainte.

Épictète réussit cependant à assister aux conférences du stoïcien Musonius Rufus. Par la suite, il est lui aussi affranchi dans des conditions qui restent indéterminées. Il se met alors à l'étude de la philosophie et du stoïcisme surtout. Mais en 89 ou 94, il doit quitter Rome suite à un édit contre les philosophes, dicté par l'empereur Domitien qui s'accommode mal de l'influence du stoïcisme parmi les opposants à son régime tyrannique.

Épictète se retire à Nicopolis d'Épire où il ouvre une école qui connaît un grand succès. Pendant plusieurs années, il enseigne sous la forme de discussions et de remises en question. Ses contemporains semblent avoir la plus grande estime pour la qualité de son enseignement. Selon Spartianus, il revient ensuite à Rome où il devient familier de l'empereur Hadrien, mais le fait est incertain. Selon la Souda, il vit jusqu'au règne de Marc-Aurèle, mais selon Aulu-Gelle, Épictète est déjà mort lorsque ce dernier arrive au pouvoir.

Épictète n'a laissé aucun écrit, mais l'un de ses disciples, Arrien, a recueilli ses propos regroupés en deux ouvrages : Les entretiens (διατριβαί [diatribai]) et Le manuel (Enchiridion) qui résument sa doctrine sous la forme d'aphorismes. Son héritage a été conservé à travers un unique manuscrit, datant du XIe ou XIIe siècle, et conservé à la bibliothèque d'Oxford.

Voici le déroulement des cours d'Épictète, tel qu'Émile Bréhier l'a reconstitué :

«La séance commençait par une leçon technique, faite par le maître ou par un disciple : commentaire d'un texte de Chrysippe ou de Zénon ou encore exercice de logique ; après quoi, fréquemment à l'occasion d'une question posée par un auditeur, le maître se laissait aller à une improvisation, libérée de toute forme technique, dans un style fréquemment brillant et imagé, plein d'anecdotes, ayant recours à l'indignation ainsi qu'à l'ironie[1]

Doctrine

La philosophie d'Epictète se veut pratique, comme un ensemble de règles servant à mettre en application de grandes valeurs morales. La droiture d'esprit qu'il préconise lui fait rejeter les effets de style des orateurs, les joutes pseudologiques des sophistes et la recherche effrénée des honneurs.

La question principale à laquelle tente de répondre la philosophie d'Épictète est de savoir comment il faut vivre sa vie. Face à cette première interrogation, l'ensemble des autres grands questionnements de la philosophie sont de peu d'importance à ses yeux. À cette fin Épictète se pose dans un premier temps la question de l'existence, ou non, d'une ‘nature des choses'qui est invariable, inviolable et valable pour l'ensemble des hommes sans exception. Sa réponse est claire : la ‘nature des choses'existe et il la formule, au début de son Manuel, en disant que, de l'ensemble des choses du monde, certaines sont en notre pouvoir exclusif alors que d'autres ne le sont pas. Nos opinions, nos mouvements, nos désirs, nos inclinaisons, nos aversions — en un mot, toutes nos actions — appartiennent à la première classe des choses et il les nomme ‘prohairetiques'. Le corps, les biens, la réputation, les dignités — en un mot, l'ensemble des choses qui ne sont pas du nombre de nos actions — appartiennent à la seconde classe des choses et il les nomme ‘aprohairetiques'. Qu'est-ce par conséquent la ‘prohairesis'? Épictète nous montre que la prohairesis est la faculté qui nous fait différents de l'ensemble des autres êtres vivants. Elle est la faculté qui nous sert à désirer ou d'avoir de l'aversion, de ressentir un besoin impulsif ou de la répulsion, de dire oui ou non, selon nos jugements. Les choses prohàiretiques sont libres par leur nature précisément parce que la liberté de notre prohairesis est absolue : elle ne peut être restreinte ni par la douleur, ni par la mort, ni par quoi que ce soit qui lui est extérieur. Si notre prohairesis fait que nous nous accommodons d'un fait quelconque c'est qu'elle a ainsi décidé.

Ainsi, quoique nous ne soyons pas responsables des représentations qui naissent librement dans notre conscience, nous sommes totalement et sans aucun doute responsables de la manière dont nous faisons usage de celles-ci. Selon Epictète il est essentiel de garder à l'esprit qu'en dehors de notre prohairesis il n'existe ni bien ni mal, et qu'il est vain de tenter de modifier la nature des choses. Quel est par conséquent le critère qui nous sert à respecter dans n'importe quelle situation la nature des choses? Epictète nous explique que ce critère est un jugement qu'il faut apprendre par la philosophie et il nomme ce jugement ‘dihairesis'. Face à tout ce qui est aprohairetique (événements, objets, individus, etc. ) quelle est alors l'attitude qu'il faut avoir? Il faut avoir l'attitude du bon joueur d'échecs, c'est-à-dire le courage de jouer et de vaincre.

Et si on perd la partie? Perdre aussi est membre de la nature des choses. Si on perd la partie, la dihairesis qui nous guide nous empêche de faire quelconque réclamation pour ce qui advient et qui ne dépend pas de nous. En effet, il faut accepter ce que les événements et le destin nous apportent, tant que ceci n'est pas de notre ressort. L'Homme est partie intégrante d'un dispositif qui le dépasse. Plutôt que de s'opposer vainement au sort qui lui est réservé, il l'accepte et dit merci pour l'occasion qu'il a eu de jouer, car il comprend le divin qui est en lui et fait raisonner sa vie au diapason de ses jugements guidés par la dihairesis. Cela veut dire que, pourvu qu'on ait sauvegardé la liberté de notre prohairesis et respecté les règles du jeu, même si on a perdu le match d'un jour, le vrai match a toujours été gagné.

Pour le stoïcien rien ne sert de vénérer la nature, les dieux ou d'autres maîtres. Seuls des principes rationnels doivent permettre de comprendre • ou simplement accepter - le mouvement du monde et des hommes. C'est par une analyse rationnelle qu'il détermine ce qui ne dépend pas de lui, et c'est grâce à cette même raison qu'il définit ses jugements sur le monde.

Les modèles historiques auxquels Epictète fait penser sont Diogène et Socrate. Selon ses Discours on peut tracer le portrait de ce qui serait pour lui le stoïcien accompli. Ce sage serait libre et heureux même s'il n'avait ni pays, ni maison, ni terres, ni femme, ni enfant, ni esclaves, et même si son lit était le sol et son seul toit était le ciel. Il souffrirait sans se plaindre les moqueries et les coups jusqu'à aimer son bourreau comme un frère ou un père. Il est l'égal des héros et des dieux car il a vaincu ses démons intérieurs : la souffrance, la peur, le désir

Citations

Postérité

Marc Aurèle le cite à plusieurs reprises. Son exemple est aussi mis en exergue par Origène comme modèle de martyr païen (épisode de la jambe cassée). Il est cependant environ oublié durant le Moyen Âge même si des écrits apocryphes circulent quelquefois (Dialogue d'Hadrien et d'Épictète). L'ouvrage d'Arrien n'est traduit en latin qu'à partir de 1453 et la première édition en grec paraît en 1535[2].

Blaise Pascal écrit en 1655-1656 les Entretiens avec Monsieur de Sacy sur Épictète et Montaigne où il rend hommage au philosophe.

Bibliographie

Œuvres

Études

Notes et références

  1. Émile Bréhier, Les Stoïciens, Paris, Gallimard, 1962, coll. "Tel", t. II, p. 803. Bréhier renvoie aussi à son Histoire de la philosophie, t. I, p. 422.
  2. Épictète, Gabriel Germain, Points sagesses, p147-151

Liens externes


Recherche sur Google Images :



"Manuel d'Epictète"

L'image ci-contre est extraite du site twenga.fr

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (290 x 290 - 14 ko - png)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89pict%C3%A8te.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu