École de Francfort

L'École de Francfort est le nom donné, dans les années 1960, à un groupe d'intellectuels allemands réunis autour de l'Institut de Recherche sociale fondé en 1923 et soutenu par le mécène Felix Weil.



Catégories :

Courant philosophique - Courant d'inspiration marxiste - École de Francfort

Recherche sur Google Images :


Source image : twenga.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Vers la fin des années soixante, le courant de pensée connu désormais sous le nom d'école de Francfort développa une critique radicale des aspects... (source : universalis)
  • L'Ecole de Francfort est née en 1923 avec la fondation de l'Institut für... L'école de Francfort est surtout réputée pour s'être penchée sur la naissance... (source : akadem)
  • Au carrefour de la philosophie et de la sociologie, de la théorie de la culture, de l'esthétique et de la philosophie de l'histoire, l'Ecole de Francfort... (source : puf)
Max Horkheimer (au premier plan, à gauche), Theodor Adorno (au premier plan, à droite), et Jürgen Habermas en arrière plan, à droite, en 1965 à Heidelberg.

L'École de Francfort est le nom donné, dans les années 1960, à un groupe d'intellectuels allemands réunis autour de l'Institut de Recherche sociale fondé en 1923 et soutenu par le mécène Felix Weil. Elle est aujourd'hui dirigée par le philosophe Axel Honneth.

Connue pour ses illustres chercheurs, parmi lesquels on compte surtout Theodor W. Adorno, Max Horkheimer, Herbert Marcuse et Walter Benjamin, son projet d'origine était d'accomplir une analyse critique des sciences sociales dans une perspective néo-marxiste. L'école de Francfort est surtout réputée pour s'être penchée sur la naissance de la culture de masse dans les sociétés modernes, dont elle développera une critique à l'aide du concept de l'«industrie culturelle». Cette école se penche sur les concepts de critique comme :

A l'arrivée du parti nazi au pouvoir en 1933, l'Institut est fermé et ses membres sont contraints à l'exil. Adorno, Horkheimer et Marcuse partent aux États-Unis. Herbert Marcuse enseignera à Berkeley, en Californie. Après une escale à Genève, l'Institut est transféré à New York, où il restera jusqu'en 1950, date de son retour à Francfort. Jürgen Habermas, par un réinvestissement de la théorie critique, contribuera à fonder ce qu'on nommera la «Deuxième génération de l'École de Francfort». S'il n'a que des liens historiques ténus avec l'école de Francfort, sa réappropriation de la théorie critique fait de lui non seulement l'héritier de Horkheimer mais également un innovateur susceptible de libérer la théorie critique «des entraves dont elle n'avait pas su elle-même se déprendre». Cependant, au sein de l'institut, une critique de cette libération par Habermas de la théorie critique, a aussi été développée par Moishe Postone, tout en prenant compte aussi les entraves des théories de la première génération [1].

Notes et références

  1. Le théoricien américain Moishe Postone, qui a étudié dans l'Institut de 1976 à 1982, adresse cependant une critique importante à Habermas, Horkheimer et Pollock, dans son ouvrage Temps, travail et domination sociale. une réinterprétation de la théorie critique de Marx, Mille et une nuits, 2009 (1993), et parle d'un " tournant pessimiste " chez les théoriciens de Francfort. Voir surtout le chapitre III " Les limites du marxisme respectant les traditions et le tournant pessimiste de la Théorie critique " et le chapitre VI " Critique de Marx par Habermas "

Principaux membres de l'École de Francfort

Voir aussi

Bibliographie

Francophone

En langue allemande

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_de_Francfort.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu