Diodore Cronos

Diodore Cronos, en grec ancien Διόδωρος Χρόνος / Diódôros Chrónos, philosophe grec de l'école mégarique.



Catégories :

Philosophe de la Grèce antique - Décès en -296

Recherche sur Google Images :


Source image : certainsjours.hautetfort.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Vous marchez et parlez avec ces spectres, pensant qu'ils appartiennent à votre monde, ... L'exposition de l'aporie de Diodore Cronos, que Léon Robin appelait le «prince... philosophiques en faveur de la contingence ou de l'obligation.... Toute proposition vraie concernant le passé est nécessaire[proposition A].... (source : rosesdedecembre.blogspot)
  • Et je crois que cette question en passe, comme on le verra, ...... Diodore Cronos). Je crois par conséquent qu'à la lumière de la dérivation proposée de la non-... permettre des écritures telles que a appartient à b, ou b appartient à a. Un... (source : nsrnicek.googlepages)

Diodore Cronos, en grec ancien Διόδωρος Χρόνος / Diódôros Chrónos (mort en 296 av. J. -C. ), philosophe grec de l'école mégarique.

Adepte de la dialectique éristique, il enseigna à Zénon de Citium. Son surnom Χρόνος («temps») viendrait d'une joute verbale disputée devant Ptolémée Ier Sôter avec Stilpon, l'un de ses condisciples : à l'une de ses questions, il avait réclamé plus de temps pour répondre. Ptolémée se serait alors moqué de lui et lui aurait donné ce sobriquet. Selon la tradition, il serait mort de dépit. Son grand principe était l'impossibilité du mouvement.

La logique

L'argument dominateur

Énoncé

Diodore est à l'origine de l'argument dit Dominateur qui est un ensemble de trois propositions où il y a obligatoirement conflit avec l'une d'entre elles, quelle qu'elle soit.

Épictète[1] nous en livre une des rares formulations qui soient parvenues jusqu'à nous :

  1. «Toute proposition vraie concernant le passé est indispensable.»
  2. «L'impossible ne suit pas logiquement du possible.»
  3. «Est envisageable ce qui n'est pas aujourd'hui vrai et ne le sera pas.»

Épictète poursuit en notant que Diodore en déduit la fausseté de la troisième proposition.

Essai de formalisation de l'argument

Ceci est un essai pour donner à l'argument une forme mathématique. On a été contraint de modifier les axiomes pour faire entrer le raisonnement dans cette forme.

Théorème à prouver

Seule l'obligation existe.

Définitions

Contingence : ce qui peut ne pas être. Obligation : ce qui ne peut pas ne pas être.

Axiomes

Tout ce qui appartient au passé est indispensable.

Tout ce qui appartient au présent appartiendra au passé.

Tout ce qui appartient au futur appartiendra au passé.

Tout ce qui n'appartient ni au passé, ni au présent, ni au futur n'existe pas.

Démonstration

Tout ce qui appartient au passé est indispensable, par conséquent tout ce qui appartiendra au passé sera indispensable (principe d'intemporalité de la vérité).

La contingence est ce qui peut ne pas être, or l'obligation est ce qui ne peut pas ne pas être, par conséquent la contingence et l'obligation sont contradictoires (principe du tiers exclu).

Cas 1

La contingence appartient au passé, or, tout ce qui appartient au passé est indispensable par conséquent la contingence est indispensable.

La contingence est indispensable, or, la contingence et l'obligation sont contradictoires, par conséquent la contingence n'appartient pas au passé (principe de non-contradiction).

Cas 2

La contingence appartient au présent, or, tout ce qui appartient au présent appartiendra au passé, par conséquent la contingence appartiendra au passé.

La contingence appartiendra au passé, or, tout ce qui appartiendra au passé sera indispensable, par conséquent, la contingence sera indispensable.

La contingence est indispensable, or, la contingence et l'obligation sont contradictoires, par conséquent la contingence n'appartient pas au présent.

Cas 3

La contingence appartient au futur, or, tout ce qui apppartient au futur appartiendra au passé, par conséquent la contingence appartiendra au passé.

La contingence appartiendra au passé, or, tout ce qui appartiendra au passé sera indispensable, par conséquent, la contingence sera indispensable.

La contingence est indispensable, or, la contingence et l'obligation sont contradictoires, par conséquent la contingence n'appartient pas au futur.

Conclusion

La contingence n'appartient ni au passé, ni au présent, ni au futur, or, tout ce qui n'appartient ni au passé, ni au présent, ni au futur n'existe pas, par conséquent la contingence n'existe pas.

La contingence n'existe pas, or la contingence et l'obligation sont contradictoires, par conséquent seule l'obligation existe.

Réactions et pérennité de l'argument

Réactions contemporaines

Certains auteurs rapportent que cet argument «dominait» la vie publique grecque.

Il est probable qu'Aristote en ait eu connaissance car le chapitre IX du De Interpretatione semble en être une réfutation.

Il semble que le débat qui ait eu lieu ensuite ne soit causé que par les difficultés morales posées par l'argument. D'ailleurs, il n'est pas surprenant que Diodore Cronos ne figure pas au programme de Terminale[2]. Il semble impossible de fonder une morale sans liberté. Voilà un défi pour la philosophie contemporaine.

Exploitation moderne de l'argument

Jules Vuillemin s'est intéressé de près à cet argument dans son Obligation ou contingence. L'aporie de Diodore et les dispositifs philosophiques. Il utilise cet argument pour classer toujours les dispositifs moraux selon leurs choix explicites ou implicites dans les prémisses de l'argument (idée proposée par Epictète dans les Entretiens. Il obtient ainsi à trois types de philosophies morales.

Jacques Bouveresse, citant d'ailleurs Jules Vuillemin[3], commente ainsi l'aporie de Diodore, l'étude qui en est faite par Vuillemin et les dispositifs qui en découlent :

Il faut toujours prendre en considération les quatre prémisses suivantes : Irreversibilité : Le passé est irréterme en ce sens que les choses qui ont été faites ne peuvent être rendues "pas faites" Corrélation : Du possible à l'impossible l'envisageable ne suit pas, ou plus simplement on ne peut déduire logiquement l'impossible du possible et vice-versa, Contingence : Il peut y avoir du possible qui ne se réalise jamais, Stabilité : Ce qui est ne peut pas ne pas être lorsqu'il est .

De là, il nous faut choisir et les dispositifs philosophiques dépendent des choix effectués.

Selon notre choix nous aurons à considérer si la vérité nous semble, ou non, soumise à la question de la temporalité ainsi qu'aux limites de la démarche axiomatique mises en lumière par l'aporie de DIODORE.

Notes et références

  1. Entretiens, II, XIX ; la mise sous forme de liste est de ma main.
  2. Programme de Terminale des séries générales
  3. Conférence Collège de France du 6 février 2007

Liens externes

[pdf] Le problème du futur contingent dans l'antiquité et la solution aristotélicienne, d'Etienne Giard pour les textes d'Epictète et d'Aristote et aussi une critique gratuite de l'argument.

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Diodore_Cronos.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu