Catégorisation

La catégorisation est un processus par lequel différents objets sont perçus comme identiques. C'est un processus cognitif essentiel dans la vision...



Catégories :

Mémoire - Sciences cognitives - Sémantique - Philosophie de l'esprit - Philosophie analytique - Courant philosophique - Épistémologie

Recherche sur Google Images :


Source image : contributions.pilotsystems.net
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • catégoriser - Faire rentrer dans une catégorie, attribuer une catégorie à (source : fr.wiktionary)
  • [ cognition ] (psychobiologie)  : Processus (ou opération) impliqué dans le traitement de l'information. La catégorisation serait un processus cognitif induisant le regroupement dans une même classe des objets ou des personnes de même nature.... (source : psychobiologie.ouvaton)

La catégorisation est un processus (mental? autre?) par lequel différents objets sont perçus (mentalement? sensoriellement?) comme identiques. C'est un processus cognitif essentiel dans la vision et la compréhension de concepts et d'objets, dans la prise de décision et dans l'ensemble des formes d'interaction avec l'environnement. [1]

Si catégorisation et classification sont à la base synonymes, le terme «classification» s'applique principalement aux processus et structures mathématiques ou techniques donnant la possibilité la catégorisation, alors que le terme «catégorisation» s'applique plutôt aux aspects psychologiques et au concept lui-même. Le terme «catégorisation» englobe de ce point de vue la constitution des classes ou catégories (pas au sens mathématique de ce terme).

Il existe différentes approches de la catégorisation.

L'approche classique

Selon l'approche classique aristotélicienne, les catégories sont des entités discrètes qui se définissent par un ensemble de caractéristiques communes aux éléments qui les forment. Ces caractéristiques sont les conditions à la fois nécessaires et suffisantes pour la constitution du sens lié à la catégorie.

Sciences cognitives

Au cours des années 1970, les recherches de Eleanor Rosch et George Lakoff surtout ont amené l'idée que la catégorisation peut être vue comme un processus fondé sur des prototypes. La théorie du prototype part ainsi du principe qu'une catégorisation n'est jamais parfaitement réalisée mais s'approche graduellement d'un prototype ou modèle abstrait. En ce sens, cette approche s'éloigne de la conception aristotélicienne : tandis que dans l'approche classique, un oiseau serait défini par un ensemble indispensable et suffisant de caractéristiques (par exemple les ailes, les plumes, le bec, etc. ), dans la seconde approche, un moineau représente un meilleur prototype d'oiseau qu'un pingouin, et un ours se distingue trop du prototype parfait pour être catégorisé comme «oiseau».

Organisation hiérarchique

La catégorisation peut aussi être organisée hiérarchiquement, surtout dans le cas des taxinomies : chaque classe est associée à des «sous-classes» ou classes filles ainsi qu'à des «sur-classes» ou classes mères. Même avec cette structure, il existe des cas problématiques, pour lesquels il est complexe de définir exactement la classe dans laquelle ils doivent être rangés.

Le contenu, ou sens, d'une classe mais aussi sa portée, ou étendue, se définissent réciproquement : les classes les plus générales ont une grande portée, mais un sens vague. Au contraire, les classes les plus spécifiques ont une portée particulièrement restreinte, mais un sens plus précis. Ainsi, le terme «mobilier» englobe une plus grande variété d'objets que le terme «chaise» (portée) et a une signification plus vague (sens).

Dynamique

L'apprentissage est l'ajout de nouveaux concepts (voir surtout Acquisition du langage). Le nouveau concept ne pourra cependant être retenu que s'il est mis en relation avec des concepts existants. La catégorisation forme ainsi un dispositif dans lequel chaque élément est défini surtout par ses relations avec les autres éléments du dispositif : un ours n'est pas un oiseau car il se rapproche plus du prototype de l'ours que du prototype de l'oiseau. Plus le degré de connectivité est élevé et plus le nombre de connexions entre des termes qui sont pour d'autres personnes faiblement apparentés est grand, plus la créativité d'un individu est grande.

L'oubli est l'affaiblissement, ou alors la perte, de connexions (voir amnésie).

Le rêve est décrit par certains scientifiques comme une forme de test du dispositif conceptuel au cours du sommeil. Par le rêve peuvent apparaître de nouvelles connexions, ou des connexions existantes être renforcées ou affaiblies.

Références

  1. M. I. Jordan et S. Russel :'Categorization'. In : The MIT Encyclopedia of the Cognitive Sciences. The MIT Press, Cambridge, Massachusetts. 1999, S. 104-106.


Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorisation.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu