Cartésianisme

Le cartésianisme sert à désigner un courant philosophique qui se réclame des principes et des thèses de la pensée de Descartes.



Catégories :

Courant philosophique - Histoire de la philosophie - René Descartes - Question animale

Le cartésianisme sert à désigner un courant philosophique qui se réclame des principes et des thèses de la pensée de Descartes (1596-1650).

Le cartésianisme s'est spécifiquement manifesté à travers le premier ouvrage philosophique publié en langue française, le célèbre Discours de la méthode (1637), sous-titré «pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences».

Le cartésianisme est une philosophie rationaliste.

Contexte de l'apparition du cartésianisme

Pour bien comprendre les caractéristiques de la philosophie de Descartes, il est indispensable de revenir sur le contexte dans lequel cette philosophie a été élaborée.

Au début du XVIIe siècle, le monde scientifique et philosophique se trouvait plongé dans la controverse ptoléméo-copernicienne. La théorie émergente de l'héliocentrisme bouleversait certains principes établis dans les universités.

Les plus grands scientifiques et philosophes de l'époque échangeaient sur ces questions à travers des réseaux de correspondance qui s'organisaient autour de quelques personnalités (Marin Mersenne, Peiresc). Marin Mersenne, qui rassembla les objections sur les méditations sur la philosophie première auprès des plus grands esprits de cette époque, avait publié quelques années jusque là (1623) un ouvrage intitulé Questions sur la Genèse, dans lequel il critiquait violemment la Kabbale chrétienne et Pic de la Mirandole, ouvrage auquel répondit Jacques Gaffarel.


Descartes, qui échangeait une correspondance avec Marin Mersenne, a élaboré la majeure partie de sa philosophie en réaction au procès de Galilée (1633). Après avoir reçu le dialogue sur les deux grands dispositifs du monde, qui faisait l'objet de la condamnation, Descartes a renoncé à publier son propre traité de physique intitulé Traité du monde et de la lumière. Le résultat du procès poussa Descartes à orienter sa carrière vers la philosophie.

Le discours de la méthode (1637), premier ouvrage purement philosophique de Descartes, et premier ouvrage philosophique écrit en langue française, a été écrit quelques années plus tard. [1].

Caractéristiques générales

Grosso modo, la philosophie cartésienne repose sur quelques postulats simples qu'on peut résumer de la façon suivante :

Il emploie pour cela l'ensemble des ressources de son intelligence, en premier lieu l'«intuition évidente» et la déduction, mais également l'imagination, les sens, et la mémoire (les Règles pour la direction de l'esprit)  ;
Ceci s'exprime par le célèbre cogito ergo sum, exposé dans le discours de la méthode, et précisé pour la majeure partie dans les méditations sur la philosophie première ;

Malebranche, qu'on considère comme cartésien, a proposé des démarches qui intègrent Dieu (voir occasionalisme).

Rupture avec la scolastique

Etant donné son origine, qui est basée sur la vision du monde du XVIIe siècle, le cartésianisme est assez proche du mécanisme, qu'il a génèré après la confirmation des hypothèses sur le mouvement des planètes effectuée grâce au formalisme mathématique élaboré par Newton.

La métaphysique de Descartes représente en réalité une rupture assez radicale comparé à celle de la philosophie scolastique, qui avait élaboré une synthèse entre la philosophie d'Aristote et le christianisme, et défini avec précision le concept de substance (voir aussi Fides et ratio) . Dans l'esprit de Descartes, le cogito représente un principe premier conçu pour remplacer la cause première, telle qu'elle était imaginée par Aristote et la scolastique.

Principaux philosophes qui se sont réclamés du cartésianisme

Aux Pays Bas

La diffusion de la pensée cartésienne a pour foyer la HollandeDescartes vécut de 1628 à 1649. Les principaux représentants du cartésianisme hollandais furent :

En Allemagne

En France

En France, les représentants du cartésianisme furent :

À la mort de Descartes, ses papiers furent confiés à Clerselier qui assurera d'autre part l'édition posthume de nombreux ouvrages dont surtout le Traité de l'Homme (1664).

Autres filiations

Baruch Spinoza a précisé certains aspects de la pensée de Descartes comme :

Nicolas Malebranche (1638-1715) a développé une théorie intéressante sur le problème corps-esprit (occasionalisme), qui évite certains écueils de la causalité.

Des théologiens tels que Wittichius (1625-1687) ont cherché à concilier le cartésianisme avec la théologie.

Limites et critiques

Réception de la philosophie de Descartes

Si on excepte les philosophes qui se sont déclarés du cartésianisme, les contemporains de Descartes ont fréquemment reçu assez fraîchement cette philosophie, surtout les principes métaphysiques exposés dans les méditations sur la philosophie première :

Spinoza adhérait à bon nombre de principes métaphysiques, mais divergeait sur les questions de perception.

Raisonnement analytique

Pour Descartes, «il n'y a pas d'autres voies qui s'offrent aux hommes, pour arriver à une connaissance certaine de la vérité, que l'intuition évidente et la déduction nécessaire» (XII° règle).

La pensée de Descartes fut fréquemment radicalisée par des philosophes ultérieurs.

Le fait est que dans un monde complexe, et en interaction permanente, toute intuition n'est pas évidente. La pensée cartésienne reste particulièrement analytique, et manque du caractère holistique qui est actuellement indispensable pour résoudre des problèmes globaux, en systémique par exemple. l'esprit «cartésien» peut ainsi faire trop appel à une forme déductive de raisonnement, et pas suffisament à son intuition ainsi qu'à l'induction.

Politique

Descartes s'est peu engagé sur la politique.

Critiques contemporaines en rapport avec la crise écologique

Enfin, la crise écologique globale amène les contemporains à réévaluer certains aspects de la pensée de Descartes, passés assez inaperçus jusqu'à actuellement, comme ce passage de la sixième partie du discours de la méthode :

«[... ] Au lieu de cette philosophie spéculative qu'on enseigne dans les écoles [3], on en peut trouver une pratique, par laquelle, connoissant la force et les actions du feu, de l'eau, de l'air, des astres, des cieux, et de l'ensemble des autres corps qui nous environnent, aussi nettement que nous connoissons les divers métiers de nos artisans, nous les pourrions employer en même façon à l'ensemble des usages auxquels ils sont propres, et ainsi nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature.»

Jean Bastaire estime que cette philosophie a conduit les occidentaux à une mentalité d'exploitant, tandis que la vocation de l'homme est plutôt d'être un intendant ou un gérant [4].

Postérité

Au XIXe siècle, certaines idéologies, comme le courant saint-simonien issu de Claude Henri de Rouvroy de Saint-Simon et la positivisme d'Auguste Comte se sont réclamés les successeurs de Descartes.

Rappel des principales œuvres philosophiques de Descartes

On retient fréquemment de Descartes son célèbre discours de la méthode 1637, et on oublie que son œuvre philosophique comporte de nombreux autres ouvrages philosophiques, fréquemment méconnus :

Descartes commence à mentionner son célèbre cogito dans le Discours de la méthode, il est développé dans les méditations sur la philosophie première.

Voir la totalité de l'œuvre de Descartes dans l'article détaillé : Descartes

Références

  1. Voir aussi Descartes, par Samuel S. de Sacy, Seuil, réédité en 1996
  2. Philosophie et vérité chez Pascal
  3. Il s'agit de la scolastique.
  4. Réunion du groupe X-environnement à la Maison des Polytechniciens, mercredi 13 juin 2007

Bibliographie

Voir aussi


Recherche sur Google Images :



"la filiation cartésienne"

L'image ci-contre est extraite du site larousse.fr

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (476 x 550 - 102 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Cart%C3%A9sianisme.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu