Canon taoïste

Le Canon taoïste ou Daozang, «Trésor du Dao», a connu plusieurs éditions. La première fut composée au Ve siècle par Lu Xiujing.



Catégories :

Texte taoïste - Taoïsme - Courant philosophique

Le Canon taoïste ou Daozang (?? pinyin : Dàozàng), «Trésor du Dao», a connu plusieurs éditions. La première fut composée au Ve siècle par Lu Xiujing. La version actuelle, basée sur l'édition Ming, comprend plus de 5000 textes et conserve la structure d'origine en trois grottes dong (?), conçue à l'imitation des trois corbeilles du Canon bouddhiste, divisées chacune en douze catégories lei (?) et suivies de quatre sections complémentaires nommées fu (?).

Difficultés

Malgré la division en sections, le contenu du Canon est assez désorganisé. La première raison en est la nature principalement ésotérique de la majorité des enseignements. Énormément de textes techniques (liturgie, méditation, alchimie.. ) ne sont que des aide-mémoire ne pouvant être pleinement compris que grâce à un commentaire, qui était révélé oralement à quelques disciples choisis. Les efforts des compilateurs pour rassembler la somme des connaissances taoïstes n'ont pas forcément rencontré la coopération des différents maîtres, désireux de garder leurs secrets. Déjà au IVe siècle, la bibliographie établie par Ge Hong comprenait des ouvrages de son maître Zheng Yin qu'il ne connaissait que de nom, ce dernier n'ayant jamais daigné les lui montrer. Peut-être à cause de cette difficulté à se faire confier des textes, les compilateurs n'osaient rien écarter à la légère, entrainant pour certaines éditions une inflation de textes, qui appartenaient quelquefois à d'autres courants, comme les textes manichéens inclus dans l'édition Song. Ce goût du secret n'empêchait cependant pas les auteurs de se recopier mutuellement quand ils en avaient l'occasion, il n'est par conséquent pas rare de retrouver le même passage dans différents textes. Au XXe siècle, les chercheurs ont effectué un travail particulièrement important pour compléter le corpus et l'indexer, mais la classification n'a pu être perfectionnée, malgré une tentative de Chen Yingning (???), patriarche de Quanzhen, d'établir une nouvelle division en 14 catégories.

Les différentes éditions

Canon des Dynasties du Nord et du Sud

Le Catalogue des textes canoniques des trois grottes (Sandong jingshu mulu ??????), première forme du Canon, est une compilation realisée à partir de 467 par le maître taoiste Lu Xiujing, de sa propre initiative mais sous l'égide de l'empereur Mingdi de la dynastie Liu-Song. Le résultat fut présenté à l'empereur en 471. Il comprenait 1318 documents, dont 138 de Lu Xiujing. La structure choisie par ce dernier, trois sections divisées en 12 sous-sections, sera reprise par l'ensemble des editions ultérieures. Légèrement plus tard sous les Liang, maître Meng (???) le compléta de quatre sections ; la totalité devint le Catalogue des ouvrages canoniques en sept sections (Yuweiqibu jingshumu ???????).

Canon des Tang

Le Canon de Kaiyuan (Kaiyuan daozang ????) fut la première edition compilée sur ordre de l'empereur, en l'occurrence Xuanzong des Tang, qui se croyait, comme tous ceux de sa famille, descendant de Laozi. Il envoya des moines à la recherche de nouveaux textes, et le Canon fut achevé durant l'ère Kaiyuan (713-741), certainement en 728. Les informations concernant le nombre de fascicules changent nettement : 3741, 5700 ou 7300. En 748, l'empereur ordonna qu'il soit recopié et distribué. Une partie de la collection de la capitale fut détruite durant la révolte d'An Lushan, et la totalité disparut lors des guerres suivant la fin de la dynastie.

Canons des Song

Le Baowentonglu (????) fut le premier Canon de la dynastie Song ; jugé insatisfaisant, il fut vite remplacé par le Dasong tiangong baozang (?? ????) compilé à l'ère Xiangfu (?? 1008-1016)et complété à l'ère Zhenghe (?? 1111-1118) sous le nom de Zhenghe wanshou daozang (??????). Ce fut la première édition imprimée, qui comptait quelque 4500 fascicules. Elle disparut lors de l'ère Jingkang ( (?? 1125-1127) qui vit la chute des Song du Nord. Il reste par contre de cette dynastie un important ouvrage de référence, le Yunji qiqian (????), recueil de textes non rituels de Zhang Junfang (???).

Canon des Jin et des Yuan

Le Canon de Xuandu (Dajin xuandu baozang ??????) fut achevé en 1190 ; il comprenait 6455 fascicules. L'édition originale disparut en 1202 dans l'incendie du monastère Tianchang (???). Ordre fut donné au début des Yuan de le reconstituer et de le compléter, ce qui fut fait de 1237 à 1244. La totalité s'élevait à quelque 7000 fascicules, mais en 1281, Kubilaï Khan ordonna que les textes taoïstes du monastère Pingyangxuandu (?????) où il était conservé soient détruits, à l'exception du Dao De Jing.

Canon des Ming

La compilation du Canon de Zhengtong (Zhengtong daozang ????) fut entamée sur ordre de l'empereur Chengzu (1402-1424) des Ming et accomplie sous la direction des 44e et 45e maîtres célestes Zhang ; elle s'acheva à l'ère Zhengtong (?? 1435-1449). La totalité comprenait 5305 fascicules. Pour éviter les pertes des dynasties précédentes, un exemplaire en fut confié à plusieurs monastères importants du pays. Il fut complété en 1607 (ère Wanli) de 180 fascicules par le 50e maître céleste. Il en reste deux exemplaires d'époque, un à Pékin et un à Paris. Il a été réédité à Shanghai dans les années 20, puis dans les années 80 à Tianjin et Taïwan.

Il forme la base d'anthologies augmentées de quelques textes non canoniques comme le Daozang jiyao (????) composé sous les Qing à l'ère Kangxi (?? 1662-1722) par Peng Dingqiu (???) ou le Daozang jinghua (????) compilé par Ding Fubao (??? 1874-1952). Rédigé dans les années 90 sous la direction de Ren Jiyu (???) et de Zhong Zhaopeng (???), le Daozang tiyao (????) essaie de relier plus clairement chaque texte à une époque ou un courant.

Composition

La structure en trois grottes subdivisées en 12 catégories fut conçue par Lu Xiujing à l'imitation des trois corbeilles du Canon bouddhiste. Le contenu des trois grottes était à l'origine clairement défini, mais aussi leur hiérarchie : la première contenait les textes shangqing, avec emphase sur la méditation, qui formaient selon Lu Xiujing le degré ultime de la formation des maîtres taoïstes. La seconde, de niveau intermédiaire, renfermait les textes lingbao consacrés principalement aux rituels. La troisième était constituée par les textes sanhuang, alchimie et talismans, première étape de la formation.

Voir aussi

Lien externe

(en)

Recherche sur Google Images :



"Canon taoïste - Wikipédia"

L'image ci-contre est extraite du site fr.wikipedia.org

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (70 x 122 - 22 ko - png)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Canon_tao%C3%AFste.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu