Bobo Ashanti

Bobo Ashanti est un ordre du Mouvement Rastafari.



Catégories :

Rastafari - Courant philosophique - Sous-culture

Recherche sur Google Images :


Source image : culturarevolucion.blogspot.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Les Bobo Ashanti, les Emmanuelites, les Ites, surtout, mais aussi des courants chrétiens plus respectant les traditions. Les positions des individus se réclamant... (source : rastafusion.free)
  • Bobo Ashanti... de Sizzla : tracklist, pré-écoute, pochette de l'album, paroles et infos. (source : musique.fluctuat)
  • Bref, Bobo Ashanti est dans la droite lignée du reggæ dance hall à la mode aujourd'hui à Kingston, mais toujours avec une force propre aux artistes de ... (source : amazon)

Bobo Ashanti est un ordre du Mouvement Rastafari.

Cet ordre a été créé par Prince Emmanuel après la Convention rasta de 1958. Quand le camp de Back'O'Wall est détruit par le JLP, les Emmanuellites vont fonder un village sur les collines de Bull Bay. Les règles de cette communauté sont restées pendant de longues années inconnues du monde extérieur. La silhouette du vendeur de balais emmanuellite avec son turban et son costume kaki (quelques dizaines d'entre eux traversent le pays de long en large) était tout ce qu'on connaissait de l'ordre.

À l'inverse du Pinnacle de Howell, le camp Bobo est géré particulièrement strictement : les femmes sont tenues à l'écart des hommes (enfermées entre elles 21 jours par mois), "une manière de contraception" ; le Sabbat est méticuleusement observé et la prière se fait trois fois par jour, à genoux, puis couché sur le ventre et tourné vers l'est .

Jusqu'à la mort de Prince Emmanuel en 1994, les bobos sont les plus méprisés des rastas. Les autres communautés ne les fréquentent que particulièrement peu. Puis ils deviennent les "saints" des ghettos de Kingston.

La communauté de Bull Bay se sépare en deux groupes (l'un d'eux aurait reçu une aide financière de Rita Marley, qui possède une maison proche). Une des deux factions se met à incendier les maisons de l'autre, et finira en prison.

Étrangement, le mouvement est , aujourd'hui, représenté par les artistes bobos comme Sizzla, Anthony B et Capleton tandis que Prince Emmanuel ne tolérait pas le reggæ dans sa communauté, n'acceptant que les percussions Nyahbinghi).

Notes et références

Hélène Lee, Le Premier rasta, Flammarion, coll. "Surprenants Voyageurs". Paris, 1999.

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Bobo_Ashanti.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu