Académie de Platon

L'Académie est l'école philosophique fondée dans Athènes par Platon vers 388 av. J. -C. Elle dure jusqu'en 86 av. J. -C.



Catégories :

Courant philosophique - Philosophie de la Grèce antique - Académie - Université historique - Platon - Éducation dans l'Antiquité

Recherche sur Google Images :


Source image : histoire-et-avenir.blogspot.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • L'étudiant le plus célèbre de Platon, Aristote, fonda à son tour son école, le Lycée. D'où les nôtres. Au fronton de l'Académie, il était inscrit : Nul... (source : sens-public)
Écoles de l'Antiquité
École milésienne
École pythagoricienne
Atomisme
École éléatique
Sophistique
Académie
Lycée
Cynisme
Cyrénaïsme
École mégarique
École péripatétique
Scepticisme
Le Jardin d'Épicure
Stoïcisme
Nouvelle Académie
Néoplatonisme
École d'Alexandrie

L'Académie est l'école philosophique fondée dans Athènes par Platon vers 388 av. J. -C. Elle dure jusqu'en 86 av. J. -C.

L'Académie tire son nom du domaine dans lequel elle est localisée, fait de jardins et de portiques et qui se trouve près du tombeau du héros Académos.

Platon et Aristote ont enseigné dans cette école.

Tous les usages modernes du terme académie ont pour origine le nom de l'institution platonicienne.

Platon a acquis le terrain de l'Académie, localisé dans les faubourgs d'Athènes pour y faire construire une école, mais également un lieu de vie en commun régi par de strictes règles éthiques.

La propriété est entourée d'une enceinte et contient un grand jardin, un sanctuaire, un gymnase, des salles de cours mais aussi des habitations et une importante bibliothèque.

Les activités consistent en des recherches et de l'enseignement ainsi qu'en des exercices de gymnastique et des activités culturelles. Des étrangers sont fréquemment invités pour partager leur savoir.

L'enseignement n'y est pas payant à la différence de celui des Sophistes.

Les élèves de l'Académie sont principalement des hommes et l'éducation prend la forme de la pédérastie (la formation de jeunes gens par des maîtres plus âgés) qui implique des relations plus ou moins intimes. Néanmoins, Diogène Lærce note la présence de deux femmes à l'Académie.

Certains ont pu considérer Platon comme le fondateur des universités modernes bien que le savoir enseigné n'était sans doute pas systématique. L'Académie possède, en outre, un autel consacré aux Muses dans le jardin, et d'autres ont parlé de confrérie religieuse.

L'Académie a pris pour modèle les communautés pythagoriciennes fondées sur le principe d'une communion de vie et de savoir.

Enseignement de Platon

Platon a enseigné pendant quarante ans à l'Académie. On a fait l'hypothèse d'un enseignement ésotérique perdu, dont les dialogues conservés seraient la protreptique, car Aristote, qui a été longtemps son élève, parle d'«opinions non écrites» (ἄγραφα δόγματα) de Platon. Mais il n'est pas certain que le fondateur de l'Académie ait donné des cours sous la forme d'un enseignement suivi ou régulier, ni même qu'il ait enseigné la théorie des idées.

La seule des leçons à laquelle renvoient les disciples est la leçon «sur le Bien» (Περὶ τἀγαθοῦ) auxquels se sont rendus de nombreux auditeurs, selon Aristoxène. Tous ont été déçus, car Platon ne parlait pas des biens humains (la richesse, la santé, etc. ) mais de mathématique, de nombre et de géométrie.

L'Académie de Platon est avant tout une organisation institutionnelle qui rassemble un certain nombre de personnes en vue du savoir. On a raillé ces chercheurs pour étudier et classifier des plantes. Philodème dit que Platon formulait des problèmes mathématiques, que d'autres résolvaient, ce qui n'implique pas que le maître donnait lui-même des leçons. La géométrie était en l'ensemble des cas une préoccupation principale de l'Académie.

Historique des Académies après Platon

On compte, chronologiquement, trois Académies, au sens d'écoles de philosophie platonicienne :

La Ire Académie ou Ancienne Académie

La Ire Académie ou Ancienne Académie (Academia vetus) est d'orientation pythagorisante. Ce sont les disciples immédiats, ceux qui ont connu directement Platon, à savoir :

Il ne nous reste des ouvrages de ces philosophes que de rares fragments. Speusippe ramène les Idées aux nombres, et Xénocrate découvre dans les nombres l'essence des choses[1]. Certaines directions du néopythagorisme étaient en liaison avec l'Ancienne Académie[2]. L'Académie est reconnue comme non dogmatique, dans la mesure où elle accepte Speusippe qui nie les Idées et Eudoxe qui est hédoniste. Elle accueille aussi une femme, Axiothea, en premier lieu déguisée en homme.

La IIe Académie ou Moyenne Académie

Article détaillé : Scepticisme.

La IIe Académie ou Moyenne Académie (Academia media) est d'orientation sceptique.

Cicéron (Academica, I, XII, 46) ne distingue que deux Académies : celle de Platon et celle d'Arcésilas, l'Ancienne et la Nouvelle. Selon lui, l'Ancienne Académie n'ajouta rien à l'enseignement de Platon, et se borna à exposer sa philosophie suivant une division en trois parties indiquée par le maître.

La IIIe Académie ou Nouvelle Académie

Article détaillé : Nouvelle Académie.

La IIIe Académie ou Nouvelle Académie (Academia nova) est d'orientation probabiliste. Sans tomber dans un scepticisme absolu, elle enseignait qu'on ne peut atteindre que le probable (pithanon)  : les représentations vraies sont indiscernables des représentations fausses, dans la pratique il faut user du probable et du vraisemblable, mais l'entendement conquiert sa faculté de douter.

Elle eut comme scolarques :

Au moment où la Nouvelle Académie se forme, l'épicurisme et le stoïcisme sont déjà bien installés et s'imposent comme philosophies dominantes dans le monde hellénistique.

La IVe et la Ve Académie

Quelques historiens, depuis Sextus Empiricus (Esquisses pyrrhoniennes, I, 220), admettent une IVe et même une Ve Académie, dont les chefs se rapprochèrent de la véritable doctrine de Platon, et tâchèrent de la concilier avec le stoïcisme.

Antiochos d'Ascalon, qui appartenait à la Nouvelle Académie, fonda, en réalité "un mouvement dissident", l'Académie Ancienne, qui prétendait revenir à "un platonisme authentique". [3]

L'Académie originelle cessa en 86 av. J. -C., lorsque le général romain Sylla s'empara d'Athènes. [4] Des bâtiments sont détruits, les écoles philosophiques fermées. Athènes devient romaine. Les membres de l'Académie se dispersent. Ainsi, Philon de Larisse part se réfugier à Rome, où il enseigne à Cicéron.

L'école néoplatonicienne d'Athènes

Article détaillé : École néoplatonicienne d'Athènes.

Il ne faut pas confondre l'Académie de Platon et l'école néoplatonicienne d'Athènes.

En 176, une école néoplatonicienne naît lorsque l'empereur romain Marc Aurèle, stoïcien, fait ouvrir à Athènes quatre chaires de philosophie, rétribuées sur les fonds impériaux : une pour le platonisme, une pour l'aristotélisme, une pour le stoïcisme, une enfin pour l'épicurisme. Atticos enseigne le platonisme. Cependant, la philosophie ne consiste plus dans l'art de dialoguer, mais dans l'art de commenter. Cette nouvelle institution durera jusqu'en 529, de façon plus ou moins directe.

C'est entre 400 à 529 que se développa véritablement une école néoplatonicienne d'Athènes. Il y a par conséquent 450 ans de "sommeil" entre l'Académie à Athènes et l'école d'Athènes. Pierre Hadot dit que "l'école d'Athènes parviendra à se greffer sur la souche de l'antique Académie de Platon au début du Ve siècle"[5].

Bibliographie

Notes et références

  1. "À la différence de Speusippe qui remplaça les Idées par les Nombres mathématiques, Xénocrate les assimila aux Nombres" (Marie-Dominique Richard, selon Aristote, Métaphysique, N, 3, 1090b28-32).
  2. R. Heinze, Xenocrates, Leipzig, 1892, p. 38.
  3. Long et Sedley, Les philosophies hellénistiques, Garnier-Flammarion, t. III, p. 217.
  4. J. P. Lynch, Aristotle's School. A Study of Greek Educational Institution, University of California Pres, 1972, p. 154-207.
  5. Dictionnaire des philosophes, Encyclopædia Universalis/Albin Michel, 1998, p. 124.

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Acad%C3%A9mie_de_Platon.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu